Étiqueté : Revues

17

Bifrost n°77

La dernière fois que j’ai acheté un Bifrost c’était en juillet 2013 (n°71, Michel Pagel). J’en garde un bon souvenir. Pour autant, aucun dossier depuis cette date n’a réussi à me pousser à l’achat (comme quoi, finalement, l’abonnement n’était pas un bon plan pour moi). Ray Bradbury, Lovecraft, Léo Henry, Poul Anderson et papa Tolkien. Que du glamour. Et, surtout, que des...

12

Bifrost n°71

J’ai déjà dit dans ces colonnes (oui, ce blog a des colonnes, regardez bien) que, chez les auteurs français, j’en suivais plus particulièrement quelques uns et que Michel Pagel était de ceux-là. J’ai donc logiquement craqué pour ce Bifrost qui lui est consacré. Aparté. Le premier qui me sort que, après les achats du 68 en numérique et du 69 en version...

7

Bifrost n°68

En octobre 2012, j’achetais en version numérique (ici en .pdf) le 68eme numéro de Bifrost, numéro consacré à Ian McDonald. J’avais dans l’idée de découvrir l’auteur, après avoir oublié que j’avais lu un de ses textes, « Le Vieux cosmonaute et l’ouvrier du bâtiment rêvent de Mars », dans Utopiales 2010. Et puis le festival des Utopiales est arrivé et dans la librairie...

8

Bifrost n°69

Pour bien commencer l’année 2013, j’ai acheté le 69ème numéro de Bifrost. Pour son dossier Culture Rock et SF et sa couverture qui ne se refuse pas. Et pour bien commencer 2013, je vais le chroniquer ici. Commençons par les nouvelles inédites présentes dans cet opus. « Cabinessence ou la vie de Brian » de Jacques Barbéri met en scène Brian Wilson (The...

5

Bifrost n°63

J’ai longtemps été fâchée avec Bifrost. En 2009, c’était le numéro 56 qui marquait notre « réconciliation« . Depuis j’achète Bifrost à chaque fois que le thème me plait ou que les auteurs au sommaire m’attirent. Ce qui, dans les faits, revient à acheter un Bifrost par an. L’année dernière c’était le 60 spécial vampires, que je n’ai pas chroniqué mais que je vous...

14

Bifrost n°56

Le 56eme numéro de Bifrost est sorti (depuis un petit moment déjà). Pourquoi ne l’annoncer que maintenant  me demanderez-vous ? Parce que je suis « fâchée » avec Bifrost (même si Bifrost n’en sait rien et s’en ficherait s’il le savait). Pendant mes études je ne ratais jamais un numéro à sa parution. Je me délectais. Et puis, peu à peu, critiques de livres...