La guerre des mondes n’aura pas lieu ! – Johan Heliot 7


La guerre des mondes n’aura pas lieu !

De Johan Heliot

Mango – 350 pages

Que se serait-il passé si le premier roman de SF de H.G. Wells n’avait pas été accepté par les éditeurs ? C’est le postulat de base de Johan Heliot dans ce roman destiné à la jeunesse (chouette je suis encore jeune !). Vexé après avoir reçu une lettre assassine d’un éditeur, H.G. Wells renonce à devenir romancier. Ulcéré par les injustices de la société anglaise, il décide même de plier bagage pour rejoindre le nouveau monde. En Californie, des colons ont fondé une cité merveilleuse et utopique : Icaria. Évidemment la cité n’est qu’un mirage mais la Californie est la terre de tous les possibles… Ici c’est un tripode martien qui fait son apparition. Astor vient les prévenir d’une invasion imminente. La guerre des mondes aura-t-elle lieu ?

Je ne sais plus où j’ai lu que ce livre s’adressait aux jeunes de 12 ans et + … A 12 ans et plus on est au collège si mes souvenirs sont bons. Et bien je peux vous dire que si on m’avait mis ce roman entre les mains au collège j’aurais été heureuse. Mais, non,  les profs ultra-conventionnels qui respectaient à la lettre les programme ultra-conventionnels pondus par nos ultra-conventionnels ministres m’ont gavée de romans sans saveur dont je ne garde aucun souvenir. Les dix petits nègres d’Agatha Christie est le seul roman à avoir échappé aux brumes de l’oubli. Et ça reste tout de même très éloigné de la SF, convenez-en. Si, au collège, j’avais eu ce roman entre les mains nul doute qu’ensuite j’aurais foncé sur l’oeuvre de H.G. Wells (et, avec un peu de chances, sur d’autres classiques de la SF) pour la découvrir et sur le Quid (à l’époque où j’étais au collège internet n’existait pas – oui je suis vieille – et le Quid était la référence ultime, référence bien lourde à porter d’ailleurs) pour éplucher la biographie de H.G. Wells et démêler le vrai (la réalité un peu ennuyeuse) de l’imaginaire (le personnage savoureux concocté par Johan Heliot). Adulte c’est encore plus jouissif (et un poil plus facile aussi grâce à internet) de jouer à ce jeu-là. Tout aussi jouissif que de repérer les clins d’oeil et références qui parsèment le récit. L’aventure, un peu déjantée mais toujours cohérente, est menée tambour battant. Le personnage de H. G. Wells, idéaliste, optimiste et courageux, défend, par ses réflexions et ses actes, des valeurs respectables : l’humanisme, la solidarité, le respect des autres par exemple. Ses aventures sont instructives sans être pompeuses, didactiques ou moralisatrices. Johan Heliot a la bonne idée de ne pas prendre le lecteur pour un idiot qu’il faut « éduquer » (car, oui, le jeune est pourvu d’un cerveau) et La guerre des mondes n’aura pas lieu ! réjouit le lecteur peu importe son âge.

Des extraits:
« Tout est permis dans l’ombre des puissants, comprit Herbert, tant que cela ne remet pas leur autorité en cause. Les gueux pouvaient s’étriper dans l’indifférence générale, pourvu que leur sang ne giclât pas sous les yeux des bonnes âmes délicates.
C’était écoeurant. Mais bien peu étaient prêts à rétablir un plus juste équilibre entre les hommes, en Angleterre du moins. Le royaume ne manquait certes pas de théoriciens, toujours prompts à dénoncer sur le papier les grandes injustices et inégalités de ce monde. Herbert les avait lus, pour la plupart, depuis Karl Marx, qui avait résidé à Londres à partir du milieu du siècle et avait entrepris de dénoncer l’exploitation des plus faibles. Mais aucun de ces penseurs en chambre n’avait osé franchir le pas et mettre ses généreuses idées en application, comme l’avait fait le Français Etienne Cabet, avec ses communautés icariennes dispersées dans divers États d’Amérique. A quoi servait de réfléchir si l’on n’était pas prêt à passer à l’action ? »

« La guerre des mondes n’avait jamais été aussi près de se déclencher. S’il fallait qu’un certain Herbert George Wells, étudiant et écrivain raté, par surcroît utopiste malchanceux, se sacrifie pour qu’elle ne se produise pas, il y était résolu, car ainsi, se disait-il, son existence n’aurait pas été vaine ! »

  Défi Martien


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “La guerre des mondes n’aura pas lieu ! – Johan Heliot

  • Cachou

    Je m’étais bien amusée également en le lisant celui-là, beaucoup plus qu’avec « Les fils de l’air » du même auteur. Et, effectivement, ce serait une très bonne lecture à donner en cours au niveau du collège. Mais je te rassure (ou pas): maintenant, on donne de plus en plus ce type de livres à lire au niveau « college » (de notre côté de la frontière en tout cas). Bon, je ne dis pas que TOUS les profs le font (surtout quand il s’agit de SF), mais j’ai croisé quelques listes de lecture plutôt funs chez les plus petits.

  • endea

    C’est un bon roman jeunesse, et je suis tout à fait en accord avec ce que tu dis pour les lectures collège, il serait temps de faire découvrir aux jeunes lecteurs d’autres livres que les classiques, tout est propice à l’ouverture d’esprit !
    En tout cas j’ai passé un excellent moment de lecture.