Le joli mois de mai arrive à son terme. En ce premier jour d’Imaginales, il est temps d’évoquer la PAL.

Au début du mois, j’ai pris une année de plus. Bien sûr comme tous les ans, à cette occasion et pour éviter la déprime, j’ai demandé à ce qu’on m’offre des livres (oui je sais c’est affreusement banal mais comme j’ai déjà demandé une nouvelle voiture, une nouvelle maison ou une rente à vie et que je n’ai jamais été exaucée, j’en ai déduit qu’il valait mieux rester classique). J’ai donc reçu des livres (moins que prévu – oui, je refile une liste, histoire qu’on ne m’offre pas un bouquin que je possède déjà ou déjà lu ou d’un auteur que j’exècre – parce qu’on a eu l’idée saugrenue de m’offrir une tablette transformable en mini-pc, splendide petit joujou qui n’a pas fait monter la PAL mais qui me déconcentre un tantinet et m’empêche de la faire baisser…). Sont donc entrés dans la PAL : La fille automate de Paolo Bacigalupi, Mimosa de Vincent Gessler et Armageddon Rag de George R. R. Martin. Et nous n’étions que le 1er du mois.

(Clic)

Une visite à Paris plus tard, deux nouvelles entrées : Ceux qui rêvent de Pierre Bordage et Nébulosité croissante en fin de journée de Jacques Côté. Nous sommes le 12 mai et déjà à 5 entrées en PAL.

(Clic)

et puis pour boucler la boucle uchronique avec les romans de Pierre Bordage : Ceux qui osent. Nous sommes à 6 entrées

(Clic)

Et puis aussi Flashback de Dan Simmons  (et de 7)  :

(Clic)

Oh et encore 2087 de David Bry et Serenitas de Philippe Nicholson… (nous sommes à 9)

(Clic)

Et le dernier et dixième arrivé : Magie brute de Larry Correia

(Clic)

Du côté des ebooks sont entrés dans la PAL « Fleur », une nouvelle de Laurent Genefort, « Vers le crépuscule » nouvelle d’Ophélie Bruneau et Contes et petits récits d’à côté recueil de nouvelles de Sybille Marchetto (ce qui porte à 11 les entrées en PAL)

(Clic)

Je crois qu’on va s’arrêter là pour mai… Les Imaginales commencent aujourd’hui et cela ne surprendra personne si la PAL s’alourdit encore.