Rencontre avec Georges Panchard

Hier, M. Lhisbei et moi étions en vadrouille à Paris. Une journée à Paris (encore !). Et en bonne compagnie qui plus est. Et, bien entendu, nous allons tout vous raconter par le menu.

La journée à commencé (tôt – il a été dur de nous arracher à notre lit pour attraper le TGV) sous les meilleurs augures et sous le patronage de Saint-Michel puisque nous avons fait des trouvailles chez Boulinier. Boulinier qui colle des étiquettes d’épicier qui laissent des traces sur les bouquins, ce qui m’énerve un peu. Voici nos achats : un livre pour moi (sauras-tu deviner lequel, cher visiteur ?), le reste pour M. Lhisbei (étonnant non ?).

(Clic)

Après une visite non concluante chez Gibert (oui, nous pouvons parfois ne pas acheter des livres), direction la terrasse ensoleillée du Lutèce pour un café avant de rejoindre une petite brasserie du côté de l’Alma pour un moment privilégié. Qu’est-ce qu’un moment privilégié pour un couple de blogueurs littéraire spécialisé SFFF ? Il s’agit de la rencontre, en comité restreint et en bonne compagnie (entendez par là avec d’autres blogueurs SFFF) d’un auteur de SFFF. Ici c’était Georges Panchard, auteur suisse dont les romans Forteresse et Heptagone sont publiés chez Robert Laffont dans la prestigieuse collection Ailleurs et Demain, qui avait fait le déplacement pour une recontre avec des blogolecteurs. En plus du plaisir de discuter à bâtons rompus avec Georges Panchard et une partie de l’équipe d’Ailleurs et demain, nous avons eu la joie de revoir Tigger Lilly et Anudar et de faire la connaissance de Leto (futur blogueur s’il cède aux pressions d’Anudar). Nous avons passé près de 4h en compagnie de Georges Panchard à discuter de Forteresse, d’Heptagone, de ses projets d’écriture, de politique, de SF, de web, d’édition numérique, de la disparition de la SF dans les quotidiens nationaux… en passant par la Suisse, la bière ou la photo … des sujets sérieux et d’autres beaucoup moins sérieux donc avec un éclectisme impressionnant (Georges Panchard a notamment évoqué Jan Banning, photographe néerlandais et sa série de photos sur les bureaucrates du monde entier). Georges Panchard, en plus d’être très sympathique, a aussi beaucoup d’humour et nous le remercions chaleureusement de nous avoir accordé un peu de son temps (temps qu’il a pris sur son temps d’écriture).

(Clic)
 

L’après-midi était bien avancée quand nous sommes sortis du restaurant. Avec Anudar et Leto nous nous sommes ensuite rendus chez Scylla (parce qu’une visite à Paris sans passer par cette librairie relève du blasphème). Nous y avons croisé Nébal et Nick (qui, étonnamment, a préféré la terrasse de Scylla à un match de rugby) et un jeune lecteur qui ne lit pas que de la littérature jeunesse. Il est entré en fantasy avec les Chevaliers d’émeraude et maintenant ses goûts le portent vers Gemmel. En SF il a beaucoup aimé Desolation Road et Heptagone. Ce môme nous a tous mis du baume au coeur (la relève est là !). Nous avons beaucoup papoté et, bien entendu, nous avons fait des achats : un livre pour moi (sauras-tu deviner lequel, cher visiteur ? bis), le reste pour M. Lhisbei (c’est une constante).

(Clic)

Vous pouvez allez lire le compte-rendu d’Anudar et de Tigger Lilly. Et l’interview préparée par Gromovar…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires sur “Rencontre avec Georges Panchard”