De Brocéliande en Avalon – anthologie de Lucie Chenu 5


De Brocéliande en Avalon

Anthologie de Lucie Chenu

Terre de Brume – 210 pages

Revisiter les mythes arthuriens n’est pas facile. Lucie Chenu a eu la bonne idée de les transposer à notre époque et les auteurs qui ont contribué à ce recueil ont, chacun à leur façon, fait revivre Arthur et ses chevaliers dans notre réalité quotidienne. Le résultat : une anthologie de qualité, très riche dans laquelle les nouvelles se suivent et ne se ressemblent pas.

Sommaire

  • Retour sous le hêtre de Jean Millemann
  • Lancelot aux Enfers de Adam Roy
  • Près du mur de Deirdre Laurin
  • Locataires Découpés de Rachel Tanner
  • Owein de Nathalie Dau
  • L’Île close de Lionel Davoust
  • Le Quadragénaire et la Dame d’Argent de Megan Lindholm
  • Fort 53 de Pierre Bordage
  • Désaccordé (Tuned in DAGDAD) de Léa Silhol

Je suis passée par tous les états avec cette anthologie. Du « bof bof » au « beurk » en passant par des « waouh » enthousiastes.

Du côté du « bof bof »
Retour sous le hêtre nous conduit dans la forêt de Brocéliande avec sérénité, sensualité et poésie. La magie des mots n’a pas opéré. Le texte n’a pas réussi à me transporter à Brocéliande.
Près du mur : c’est une histoire d’amour à travers les âges et les frontières. La plume est puissante mais l’histoire est un peu bancale et obscure.
Fort 53 : Perceval est perdu au milieu d’une guerre absurde.
Le Quadragénaire et la Dame d’Argent : décidément que ce soit Robin Hobb ou Megan Lindholm  je n’accroche pas.

Le « beurk »
Lancelot aux enfers : un texte à peine divertissant à l’humour lourd, aux références pesantes et aux clins d’œil trop appuyés.

Les « waouh »
Locataires découpés : retrouver Morgane en astrologue qui défend des locataires victimes d’une multinationale dirigée par Merlin ne manque pas de piquant. C’est vif et drôle. J’aime.
L’île close : les mythes englués en eux même. Arthur, Lancelot et les autres sont piégés sur une île dont ils ne peuvent s’échapper et revivent éternellement la même aventure. L’émotion nous gagne à la lecture de ce très beau texte. C’est un vrai coup de coeur.
Owein : une histoire d’amour impossible. Un texte étrange et mystérieux teinté de poésie qui ne dévoile pas tous ses secrets même après plusieurs lectures.
Désaccordé (Tuned in DAGDAD) : les chevaliers de la Table Ronde ne sont plus raccords.

C’est donc une petite déception pour moi.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “De Brocéliande en Avalon – anthologie de Lucie Chenu