L’étrange vie de Nobody Owens – Neil Gaiman 3


L’étrange vie de Nobody Owens

De Neil Gaiman

Albin Michel – 310 pages

Nobody est orphelin depuis que le Jack a sauvagement assassiné ses parents et sa soeur. La nuit du meurtre, il parvient à sortir de la maison et à trottiner jusqu’au cimetière en haut de la colline. Il sera sauvé des griffes du Jack qui le poursuit par M et Mme Owens, un couple de fantôme. Déclaré « citoyen libre du cimetière » Nobody va grandir protégé par les habitants du lieu et sous la garde bienveillante de Silas, un être mystérieux qui n’est ni vivant, ni mort. Silas est le seul à pouvoir vivre dans les deux mondes : celui des vivants et celui des morts. Et pendant que Nobody grandit caché aux yeux de tous (ou de presque tous) le Jack rôde. Sa mission n’est pas achevée…

Comme tous les livres de Neil Gaiman, L’étrange vie de Nobody Owen est sombre et teinté de mélancolie mais aussi bourré de tendresse et de poésie. L’auteur aime et nous fait aimer ses personnages. Pas de manichéisme, beaucoup de nuances dans leur caractérisation : Nobody est un garçon normal propulsé dans un monde fantastique. L’univers, riche en éléments merveilleux, séduit et ensorcèle. Les créatures du royaume des morts peuvent être attachantes ou effrayantes. Le rythme de l’histoire est relevé d’une pointe de suspense. Difficile de ne pas frissonner avec ou pour Nobody qu’on ait 10 ou 100 ans.


Chronique parue dans Bifrost 82

L’étrange vie de Nobody Owens, roman destiné à la jeunesse, s’ouvre sur le meurtre sanglant mais feutré d’une famille : le père, la mère, la fille sont égorgés par un mystérieux tueur, membre de la non moins mystérieuse confrérie des « Jack » (parmi lesquels, sans doute, Jack l’Éventreur et Spring-Heeled Jack). Seul le fils, un bambin âgé de dix-huit mois, parvient à s’échapper de la maison et à se réfugier dans le cimetière voisin reconverti en parc naturel. Un cimetière, même abandonné, est peuplé de fantômes et autres créatures surnaturelles. Celui-ci n’échappe pas à la règle, mais l’arrivée d’un bébé, bien vivant, un assassin sur ses talons, revêt un caractère inédit. Les fantômes prennent alors l’enfant sous leur protection, le baptisent Nobody et lui accordent le statut de citoyen libre du cimetière. Silas, créature ni vivante ni morte, seule apte à entrer et sortir de l’enceinte du cimetière, deviendra son tuteur.

L’étrange vie de Nobody Owens est avant tout le roman d’apprentissage d’un gamin sans identité, élevé en marge du monde moderne. Neil Gaiman se réapproprie Le Livre de la jungle de Rudyard Kipling et le transpose dans son univers de fantasy urbaine teinté de poésie macabre et d’une pointe d’humour. La narration non linéaire s’articule autour des épisodes marquants de la vie de Nobody et les ellipses temporelles permettent de suivre son évolution sur une longue période – une quinzaine d’année, en fait, au cours desquelles Nobody doit trouver sa place dans le monde et se forger une identité tout en survivant à l’adversité (le Jack n’oublie pas sa mission). L’auteur convoque le bestiaire fantastique classique, laissant toutefois planer le doute sur la nature de chacun : fantômes, goules, vampires et loups-garous sont au rendez-vous, mais l’histoire de Nobody étant racontée au travers des yeux de ce dernier, assez naïf, il ne se rend compte ni des dangers, ni de l’étrangeté de ses compagnons. Si ce procédé narratif permet à Gaiman de mettre en lumière ses personnages et de susciter l’émotion, il a aussi pour inconvénient de laisser dans l’ombre une part importante de l’univers du roman : la confrérie des Jack et les motivations de cette dernière sont à peine esquissées, au risque de frustrer le lecteur un tant soit peu exigeant. Au chapitre des regrets, il faut aussi ajouter la discrétion des illustrations de Dave McKean.

Roman plébiscité aux USA et au Royaume-Uni – il a reçu le prix Hugo du meilleur roman, le prix Locus du meilleur roman pour jeunes adultes, la médaille Newbery et la médaille Carnegie, L’étrange vie de Nobody Owens bénéficie d’une traduction française élégante. Si l’adaptation en roman graphique est parue, l’adaptation cinématographique se fait encore attendre malgré l’achat des droits par les studios Disney.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “L’étrange vie de Nobody Owens – Neil Gaiman