Hunger Games – Gary Ross

Hunger Games

Réalisé par Gary Ross

Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Woody Harrelson, Elizabeth Banks, Lenny Kravitz, Stanley Tucci, Donald Sutherland

Synopsis
Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l’Amérique du Nord, le Capitole, l’impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les « Tributs » – concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s’être rebellée et stratégie d’intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s’affronter jusqu’à la mort. L’unique survivant est déclaré vainqueur. La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n’est plus désormais qu’une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l’arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l’amour…

Mon avis
Hunger Games est sorti sur les écrans en mars 2012 et voila déjà (c’est à dire fin septembre) que je le retrouve dans les bacs de l’hypermarché du coin. Avant il fallait attendre 6 mois pour une sortie en « location » et un an pour trouver le DVD… A priori la durée de vie d’un film s’est elle aussi raccourcie sur tous les supports. C’est à se demander pourquoi continuer d’aller au cinéma (payer la moitié du prix du DVD et le voir sur grand écran peut-être ? Passons…).  Bref. Séance de rattrapage dans le salon.
Hunger Games pour ceux qui débarqueraient de la Lune est l’adaptation du roman young adult dystopique et post-apocalyptique (et si!) portant le même titre, écrit par Suzanne Collins et qui a cartonné mais cartonné grave (je djeunize mon vocabulaire si je veux). Je ne peux pas juger de la qualité de l’adaptation puisque je n’ai pas lu le roman. Je vais donc me concentrer exclusivement sur le film.
Côté scénario, retour aux jeux du cirque version télé-réalité avec une dose de tension suffisante pour retenir l’attention du spectateur de plus de 12 ans. Il manque cependant à l’action d’être mieux contextualisée. De la révolte et du système politique mis en place, on ne nous offrira que les grandes lignes. La critique sociale propre à la dystopie n’a pas beaucoup de portée par manque d’un cadre de référence plus approfondi. Le scénario se concentre sur Katniss, ses problèmes de famille et sur son destin personnel dans ces jeux mortels. Mauvais point ici. De l’action donc, des morts (quelques cris d’agonie mais peu de sang), des méchants, des gentils (comment peut-on se montrer gentil quand pour survivre il faut zigouiller tout le monde ?… je me pose encore la question) et de l’action en pagaille. De ce côté là, le scénario ménage son lot de petites surprises et de suspens entre alliances, mésalliances et coups bas. Le rythme est haletant et les 2h20 du film, exemptes de longueurs, défilent vite. La réalisation, efficace, immerge le spectateur dans le film. Divertissement (ce n’est pas un gros mot !) assuré et bons points récoltés. Côté effet spéciaux, la plupart se révèlent à la hauteur mais le rendu de certaines scènes est parfois un peu cheap.
Du côté des acteurs, le moins que l’on puisse dire c’est que je les ai trouvé… aseptisés. Le jeu de Liam Hemsworth est mille fois plus subtil dans Expendables 2 alors que la définition de son rôle tient sur un quart de ticket de métro (et je suis généreuse). L’actrice principale a parfois la mine figée sur ses expressions comme si quelqu’un avait appuyé sur la touche pause (Nikki Newman sort de ce corps de jeune fille…) et une huître a plus de charisme que l’acteur qui incarne Peeta (à sa décharge, son personnage n’est guère reluisant).
Au final, ce film plutôt bien foutu, se laisse regarde même s’il se révèle un brin trop gentillet. Pour une dystopie j’en attendais un peu plus….

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Hunger Games – Gary Ross”