Le Mystère du drake mécaniste – Lilith Saintcrow 8


Le Mystère du drake mécaniste (Emma Bannon et Archibald Clare)

De Lilith Saintcrow

Le Livre de Poche – 416 pages

Abandon. Page 146. Parce que j’ai persévéré. Mais parfois il faut savoir stopper une lecture indigeste. Tout y était excessivement fade et résolument inintéressant (et la plume terriblement légère de l’auteur m’a absolument désespérée). Certes je ne suis pas le public cible pour ce roman. Mais si je reprends le texte en quatrième de couverture, je m’estime un peu flouée.

Au service de Sa Majesté, du pays… et pour rester en vie Emma Bannon est sorcière au service médico-légal de l’Empire. Sa mission : protéger Archibald Clare, un mentaliste renégat qui travaille dans l’illégalité. Ses pouvoirs de déduction à lui sont légendaires ; quant à elle, sa sorcellerie est plus que puissante. Malheureusement, ils se détestent cordialement… Une nouvelle série de l’auteur best-seller Lilith Saintcrow en hommage à Sherlock Holmes et à Chapeau melon et bottes de cuir, dans une Angleterre victorienne empreinte de magie.

Dans les 146 pages, Emma Bannon, une Prima, c’est à dire un Mage archi-puissant et Archibald Clare, Mentah non enregistré par la Couronne, se rencontrent. Elle le protège et ils enquêtent sur les assassinats de mentalistes et de mages. A chaque fois que le duo rencontre un potentiel informateur, il meurt. Et l’enquête n’avance pas très vite. Néanmoins, à la page 146 le lecteur a appris ce qui reliait les morts : ils travaillaient tous sur des pièces d’une machine non encore identifiée (je suppose que c’est le drake mécanique évoqué dans le titre), sans le savoir. Évidemment à chaque fois que l’intrigue progresse, Emma Bannon risque sa vie et passe à un cheveu de mourir elle-même. Il faut dire aussi qu’elle n’est protégée que par un seul Bouclier (un homme ultra-rapide, lié par une forme de magie mais dont la nature reste mystérieuse – en tout cas là où j’en suis arrivée) alors qu’elle en avait quatre auparavant et qu’ils ont tous perdus la vie en la protégeant. Sans compter qu’elle n’a pas confiance dans son bouclier puisqu’il a assassiné son Prime précédent – pour elle certes mais la question de la loyauté se pose. La seule déduction que je peux faire c’est qu’Emma Bannon, pour puissante qu’elle soit, est stupide ou trop arrogante pour se protéger correctement. Faut-il préciser qu’elle éprouve un léger trouble, une forme d’attirance pour son Bouclier ? Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas certes. Mais j’ai du mal à apprécier ce personnage féminin qui manque de subtilité. (Et non Vert je ne peux pas faire entrer ce livre dans le MSoL)

Le lecteur passe beaucoup de temps dans la tête des personnages (ce que j’aime habituellement) mais ici ces passages introspectifs sont trop présents et les scènes d’actions ou, en tout cas, les scènes qui font avancer l’histoire, paraissent un peu expédiées (les combats magiques sont quasiment « torchés »). Il manque donc un équilibre entre la narration et l’introspection. Et, pour qu’une introspection soit un tant soit peu intéressante, il faut que les personnages aient une psychologie qui le soit. Emma Bannon et Archibald Clare, pâles ersatz de Emma Peel (elles n’ont de commun que le prénom) et de Sherlock Holmes (mais un Holmes aux neurones brûlés par la cocaïne ou alors, autre hypothèse plausible, l’auteur ne s’est basé que sur l’hérésie steampunk cinématographique avec Robert Downey Jr) ne répondent pas à ma définition de personnages intéressants.

Vous savez ce que je considère comme le pire dans cette lecture ? L’écart (mind the gap !) entre ce que l’auteur dit que je dois ressentir (à l’aide d’une foultitude de « excessivement divertissant », « étrange », « intéressant ») et ce que je ressentais (un ennui sans borne). Le seul point positif que je retiens c’est ce Londres alternatif et steampunk, empreinte de magie et l’organisation de cette magie. Pas assez pour retenir mon attention jusqu’au bout. Bref une demi-lecture à oublier très vite.


Lu pour le Prix ActuSF de l’Uchronie 2013

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Le Mystère du drake mécaniste – Lilith Saintcrow