Prix Elbakin 2014 – Les lauréats


Le site Elbakin.net a dévoilé les lauréats de la cinquième édition de son prix. Une soirée de remise de prix aura lieu le mardi 21 octobre , au Dernier Bar Avant la Fin du Monde, à Paris. Les trophées sont conçus et réalisés par Kenaz.

Meilleur roman fantasy français :
Fées, Weed et Guillotines
, de Karim Berrouka
éditions ActuSF

Étaient aussi en lice :

  • Le Bâtard de Kosigan, de Fabien Cerutti, éditions Mnémos.
  • Manesh, de Stefan Platteau, éditions Moutons électriques.
  • Même pas mort, de Jean-Philippe Jaworski, éditions Moutons électriques.
  • Notre-Dame des loups, d’Adrien Tomas, éditions Mnémos.

Meilleur roman fantasy français Jeunesse :
Les fiancés de l’hiver, de Christelle Dabos
éditions Gallimard Jeunesse

Étaient aussi en lice :

  • Animale, de Victor Dixen, éditions Gallimard Jeunesse.
  • Angel, l’indien blanc, de François Place, éditions Casterman.
  • GrandClapier, de Joan Sfar, éditions Gallimard Jeunesse.
  • Les Outrepasseurs, de Cindy Van Wilder, éditions Gulfstream.

Meilleur roman fantasy traduit :
Immortel
, de Catherynne M. Valente
éditions Eclipse/Panini Books
(traduction : Laurent Philibert-Caillat)

Étaient aussi en lice :

  • Le Chevalier rouge, de Miles Cameron, éditions Bragelonne (traduction : Caroline Nicolas).
  • Morwenna, de Jo Walton, éditions Denoël, collection Lunes d’Encre (traduction : Luc Carissimo).
  • Qui a peur de la mort ? de Nnedi Okorafor, éditions Eclipse/Panini Books (traduction : Laurent Philibert-Caillat).
  • The Rook, au service surnaturel de sa majesté, de Dan O’Malley, éditions Super8 (traduction : Charles Bonnot).

Meilleur roman fantasy traduit Jeunesse :
Étiquette et Espionnage, de Gail Carriger
éditions Orbit
(traduction : Sylvie Denis)

Étaient aussi en lice :

  • Cœur d’Acier, de Brandon Sanderson, éditions Orbit, (traduction : Mélanie Fazi).
  • La Malédiction Grimm, de Polly Shulman, éditions Bayard Jeunesse (traduction : Karine Suhard-Guié).
  • Le monde merveilleux du caca, de Terry Pratchett, éditions l’Atalante (traduction : Patrick Couton).
  • Magie Noire, d’Andrew Prentice et Jonathan Weil, éditions Albin Michel, collection Wiz (traduction : Blandine Longre).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *