Prix Elbakin 2016 – Les lauréats


prixLe site Elbakin.net a annoncé les lauréats de la septième édition de son Prix.

Les œuvres éligibles ont été publiées en France entre le 1er juin 2015 et le 31 mai 2016.

Meilleur roman fantasy français

Feuillets de cuivre, de Fabien Clavel
éditions ActuSF

feuillets de cuivre

Étaient aussi en lice :

  • Dévoreur, de Stefan Platteau, éditions Les Moutons électriques.
  • Le Carnaval aux Corbeaux, d’Anthelme Hauchecorne, Editions du Chat Noir.
  • Les Nefs de Pangée, de Christian Chavassieux, éditions Mnémos.
  • Port d’Âmes de Lionel Davoust, éditions Critic.

Meilleur roman fantasy français Jeunesse

Les loups chantants, d’Aurélie Wellenstein
éditions Scrineo.

loups-chantants

Étaient aussi en lice :

  • Elia, la passeuse d’âmes, de Marie Vareille, éditions PKJ.
  • L’autre herbier, d’Amandine et Nicolas Labarre, éditions Les Moutons électriques.
  • Les Mystères de Larispem de Lucie Pierrat-Pajot, éditions Gallimard
  • Un ogre en cavale, de Paul Beorn, éditions Castelmore.

Meilleur roman fantasy traduit

Lud-en-Brume, d’Hope Mirrless,
éditions Callidor (traduction de Julie Petonnet-Vincent)

lud en brume

Étaient aussi en lice :

  • La femme d’argile et l’homme de feu, d’Hélene Wecker, éditions Robert Laffont (traduction de Michèle Albaret-Maatsch)
  • Un étranger en Olondre, de Sofia Samatar, Les Editions de l’Instant (traduction de Patrick Dechesne).
  • Une histoire naturelle des dragons, de Marie Brennan, éditions L’Atalante (traduction de Sylvie Denis)
  • Ysabel, de Guy Gavriel Kay, éditions Alire (traduction d’Élisabeth Vonarburg)

Meilleur roman fantasy traduit Jeunesse

Une braise sous la cendre, de Sabaa Tahir,
éditions PKJ (traduction d’Hélène Zylberait).

une-braise-sous-la-cendre,-tome-1-640961-250-400

Étaient aussi en lice:

  • La Fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains, de Valente Catherynne, éditions Balivernes (traduction de Laurent Philibert-Caillat).
  • Les cartographes – La Sentence de verre, de S.E. Grove, éditions Nathan (traduction de Sophie Dabat).
  • Par bonheur le lait, de Neil Gaiman, éditions Au Diable Vauvert (traduction de Patrick Marcel).
  • Six of Crows, de Leigh Bardugo, éditions Milan (traduction d’Anath Riveline).

Tous les détails ici.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *