Prix Elbakin 2020 – Les lauréats

prixPrix Elbakin 2020 : les lauréats ont été annoncés sur le site Elbakin.net.

Pour le prix Elbakin 2020, les œuvres éligibles ont été publiées en France entre le du 1er juin 2019 au 31 mai 2020 (avec la particularité de voir des parutions déplacées/reportées à cause du Covid-19). Le règlement est consultable sur le site d’Elbakin.net.

Félicitations aux autrices, auteurs, éditrices, éditeurs, traductrices, traducteurs.

Meilleur roman fantasy français :

Un Long voyage, Claire Duvivier
(éditions Aux Forges de Vulcain)

Prix Elbakin : Un Long voyage

Un Long voyage, Claire Duvivier

  • Je suis fille de rage, Jean-Laurent Del Socorro (éditions ActuSF)
  • Le Chant des cavalières, Jeanne Mariem Corrèze (éditions Les moutons électriques)
  • Thecel, Léo Henry (éditions Folio SF)
  • Yardam, Aurélie Wellenstein (éditions Scrinéo)

Meilleur roman fantasy français Jeunesse :

Dans l’ombre de Paris, Morgan of Glencoe
(éditions ActuSF)

Prix Elbakin : Dans l’ombre de Paris

Dans l’ombre de Paris, Morgan of Glencoe

  • Magic Charly, Audrey Alwett (éditions Gallimard)
  • Le Monde de Lléna, Fabien Clavel (éditions Rageot)
  • La Chasse fantôme, Hermine Lefebvre (éditions Scrinéo)
  • Rouge, Pascaline Nolot (éditions Gulf Stream)

Meilleur roman fantasy traduit :

Vita Nostra, Marina & Serguei Diatchenko
(éditions l’Atalante, traduction de Denis E. Savine)

Prix Elbakin : Vita Nostra

Vita Nostra, Marina & Serguei Diatchenko

  • Harrison Harrison, Daryl Gregory (éditions le Bélial’, traduction de Laurent Philibert-Caillat)
  • Le dévoreur de soleil, Christopher Ruocchio (éditions Bragelonne, traduction de Nenad Savic)
  • Les miracles du bazar Namiya, Keigo Higashino (éditions Actes Sud, traduction de Sophie Refle)
  • Vorrh, Brian Catling (Fleuve Editions, traduction de Nathalie Mège)

Meilleur roman fantasy traduit Jeunesse :

Thornhill, Pam Smy
(éditions du Rouergue, traduction de Julia Kerninon)

Prix Elbakin : Thornhill

Thornhill, Pam Smy

  • Akata Witch, Nnedi Okorafor (éditions L’École des loisirs, traduction d’Anne Cohen Beucher)
  • Le Prieuré de l’Oranger, Samantha Shannon (éditions De Saxus, traduction de Benjamin Kuntze et Jean-Baptiste Bernet)
  • Malamander, Les Chroniques de Sinistre-sur-Mer, tome 1, Thomas Taylor (éditions du Seuil, traduction d’Amélie Sarn)
  • L’Hôtel de la dernière chance, Nicki Thornton (éditions Michel Lafon, traduction d’Isabelle Troin)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.