La Fille dans la tour – Katherine Arden

La Fille dans la tour

de Katherine Arden

Denoël Lunes d’encre – 416 pages. Traduit de l’anglais par Jacques Collin.

Retour de chronique du Bifrost 96

La Fille dans la tour, deuxième tome d’une trilogie commencée avec L’Ours et le rossignol (critique in Bifrost 94), revisite les contes russes dans un décor médiéval. Il en est sa suite directe. Si vous n’avez pas lu le premier opus, passez d’emblée à la critique suivante.

S’exiler pour vivre…

Après la mort de son père et de sa belle-mère, Vassilissa ne peut revenir dans son village natal où on la croit sorcière. Peu d’alternatives s’offrent à celles qui veulent être libres. Pour les jeunes filles de l’époque, la vie de femme se résume à rejoindre un couvent ou vivre dans le mariage – arrangé le plus souvent – et assurer une descendance à leur époux. Dans les deux cas, elles finissent cloitrées, prisonnières et sans libre-arbitre. Parce qu’elle perçoit la magie, qu’elle parle aux animaux et qu’elle semble liée à Morozko, le puissant et dangereux Roi de l’Hiver, Vassilissa choisit une autre voie. Déguisée en garçon, elle décide de voyager pour découvrir le monde. Elle pense pouvoir vivre libre, même si le prix à payer ne peut être qu’élevé. D’autant qu’une troupe de brigands sillonne la campagne et attaque des villages reculés, enlevant les jeunes filles en ne laissant derrière elle d’autres traces que la fumée des incendies. Le grand-prince Dimitri Ivanovitch, accompagné de Sasha, le frère de Vassilissa entré dans les ordres, se lance à la poursuite de ces pillards. Leur expédition croise la route de celle qui se fait appeler Vassia, diminutif de Vassili tout comme de Vassilissa….

Se battre pour exister

L’Ours et le rossignol narrait la jeunesse de Vassilissa et souffrait d’un manque de rythme dans son premier tiers. La Fille dans la tour déroule son récit sur un laps de temps plus court parsemé de temps forts et la tension, palpable, ne faiblit jamais. Expéditions armées et combats façonnent peu à peu l’évolution de Vassilissa. Naïve, elle n’anticipe pas les pièges de la vie de cour et réagit en fonctions de ses convictions et de son sens de la justice. Si son passage à l’âge adulte signe la fin de ses rêves d’enfant, elle continue pourtant à se bercer d’illusions. Sous une identité masculine, elle peut chevaucher Soloveï, son cheval magique, se battre, gagner le surnom de Vassili le Brave et recevoir les honneurs. Elle n’est cependant qu’une femme dans un monde qui les entrave en permanence, et la réalité se rappellera à elle de la manière la plus brutale qui soit.

Katherine Arden mêle avec aisance personnages historiques, contes et folklore traditionnel, pour composer une Russie fictive aussi enchanteresse que cruelle. Avec La Fille dans la tour, elle signe un roman âpre et émouvant, à la narration parfaitement maîtrisée et propre à faire naître de fortes attentes en ce qui concerne le dernier volet, The Winter of the Witch. Si les deux premiers livres de la Trilogie d’une nuit d’hiver peuvent se lire indépendamment, ils restent étroitement liés et s’enrichissent mutuellement. Mieux vaut les aborder dans l’ordre de leur parution.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.