La Horde du Contrevent – Alain Damasio 11


La Horde du Contrevent

D’Alain Damasio

La Volte – 521 pages

Bande originale du livre : sons et musique par Arno Alyvan, textes par Alain Damasio

Ils sont vingt-trois, ils sont la trente-quatrième Horde du Contrevent. Ils sont nés sur une terre inhospitalière, une lande bordée de glaces et balayée par des vents violents et des tempêtes à longueur d’années. Ils ont été formés depuis leur (peu) tendre enfance à remonter le vent pour atteindre l’Extrême-Amont, la fin de la terre et la source du vent.

Ils sont vingt trois, hommes et femmes, tous uniques mais tous unis, seuls et ensemble contre le vent et le destin. Trente trois Hordes les ont précédés en huit siècles d’échecs. On dit de la 34eme qu’elle est incomparable. On dit d’elle qu’elle percera le secret des trois formes de vent encore inconnues. On dit de la 34eme Horde qu’elle est la meilleure. L’ultime. Celle qui atteindra enfin l’Extrême-Amont. La dernière.

La voici, cette 34eme Horde du Contrevent, en formation de parade.

horde en formation

Golgoth, le traceur, est à sa tête. Il suit la Trace, guide la Horde et a pouvoir de vie et de mort sur ses Hordiers.
Derrière lui viennent Sov Strochnis, le scribe, et Pietro Della Rocca, un prince. Sov rédige le carnet de contre qui servira aux prochaines Hordes à vaincre les vents si la sienne n’y parvient pas.
Voici ensuite Erg Machaon, le combattant-protecteur, Talweg Arcippé, le géomaître et Firost de Toroge, le pilier.
Suivent Tourse, l’autoursier, un oiselier-chasseur, Arval Redhamaj, l’éclaireur et Darbon, le fauconnier, second oiselier-chasseur.
Entre Horst et Karst Dubka, les ailiers jumeaux, se tiennent Oroshi Melicerte, l’aéromaître qui connaît les vents, et Aoi Nan, cueilleuse et sourcière.
Viennent ensuite Caracole, troubadour, Alme Capys, soigneuse, Steppe Phorehys, fleuron, Léarch, artisan du métal.
Suivent Larco Scarsa, le braconnier du ciel, Callirhoé Déicoon, feuleuse (les feux n’ont pas de secrets pour elle) et Boscavo Silamphre, artisan du bois.
Coriolis, Barbak et Sveziest, les crocs, tractant les traineaux de vivres et de matériels ferment la marche.

La Horde du Contrevent est un récit à 23 voix. Chaque Hordier prend la parole pour raconter le voyage et les évènements qui émaillent la quête de l’Amont. Chaque Hordier a sa propre voix, son vocabulaire, son phrasé et, surtout, son point de vue, sa subjectivité. Au début de chaque paragraphe se trouve le symbole qui indique au lecteur quel membre de la Horde est le narrateur. Passer alternativement dans la tête de 23 personnages différents demande cependant un effort d’adaptation. Les premières pages sont déroutantes. Il faut contrer, suer avec la Horde, remonter le vent et la plume de l’auteur. Il faut s’accrocher, planter les pieds solidement et faire face aux néologismes, aux détournements des mots, au style de l’auteur, élaboré, alambiqué, sophistiqué. La Horde du contrevent n’est pas un livre facile qui s’offre au lecteur. Mais il est généreux à l’image des personnages de la 34eme Horde. Ensemble et debout pourrait être leur devise. Une fois le premier chapitre passé le lecteur pénètre la Horde. Ensemble et debout avec eux, parmi eux. Il ressent la Horde comme une entité, amplifiée par 23 voix, il vit la vie de ce groupe qui dépasse le vent, la peur, le froid, se dépasse et cherche à dépasser le bord du monde. Il souffre, doute, tremble pendant les furvents, pleure les morts de la horde et rit des fantaisies de Caracole le soir au coin du feu. Alain Damasio joue avec les mots en virtuose. Chacun de ses personnages est un instrument de son univers symphonique. Il réussit sans fausse-note à mettre en musique 23 personnages, une quête collective et des quêtes individuelles dans un monde inédit, original littéralement et métaphoriquement façonné par le vent.

La forme du livre est au service du fond. La ponctuation sert à codifier les vents, leur forme, leur puissance. La numérotation des pages part de l’Aval (page 521) pour remonter à la source (page 0). La bande originale de livre prolonge l’univers du livre. La musique électronique alterne avec des rafales de textes parlés, murmurés ou soufflés. Les percussions se font entêtantes, les claviers rageurs, les flutes entraînantes et l’harmonica nous tire des larmes. Les morceaux donnent une impression de régularité mais c’est en fait le vent et la Trace qui décident.

Récompensé par le Grand Prix de l’Imaginaire 2006 La Horde du Contrevent est un livre-univers complet, magistral, en un mot (composé), un chef d’oeuvre.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 commentaires sur “La Horde du Contrevent – Alain Damasio