The Dark Knight – Christopher Nolan 6


The Dark Knight, Le Chevalier Noir

Réalisé par Christopher Nolan

Avec Christian Bale, Heath Ledger, Aaron Eckhart, Maggie Gyllenhaal, Michael Caine, Gary Oldman, Morgan Freeman, Cillian Murphy…

Synopsis
Batman aborde une phase décisive de sa guerre au crime. Avec l’aide du lieutenant de police Jim Gordon et du procureur Harvey Dent, Batman entreprend de démanteler les dernières organisations criminelles qui infestent les rues de sa ville. L’association s’avère efficace, mais le trio se heurte bientôt à un nouveau génie du crime qui répand la terreur et le chaos dans Gotham : le Joker…

Mon avis
Disons le tout net. Je n’ai pas aimé The Dark Knight. Je n’avais pas aimé Batman Begins avec les mêmes acteurs et le même réalisateur. Pourquoi ? Parce que les deux films sont longs, lourds et ennuyeux. Parce qu’on recommence, on refait tout, on essaie d’effacer les versions précédentes … qui pourtant n’avaient pas à rougir (surtout celles réalisées par Tim Burton). Alors bien sûr ce n’est pas un remake. Non. Les films sont différents mais il est difficile de ne pas regretter Michael Keaton, infiniment plus fin et sombre dans son interprétation que Christian Bale, particulièrement inexpressif. C’est une des caractéristiques d’Hollywood de rendre d’excellents acteurs aussi mauvais ? En tout cas c’est réussi. Difficile aussi de s’attacher à Batman. Un super-héros sans super-pouvoirs c’est l’une des facettes les plus intéressantes de Batman. Sauf que là il est presque devenu un clone de James Bond, affublé d’un costume et d’une cape en guise de smoking et coiffé d’un masque de chauve souris. Avec Lucius Fox dans le rôle de Q et Gordon dans celui de M. Batman en perd de sa saveur.

Du côté des autres acteurs, certains seconds rôles s’en tirent très bien, d’autres dont Maggie Gyllenhaal (dans le rôle de Rachel), sont inexistants. On regrette de ne pas voir plus longtemps en scène Gary Oldman (James Gordon), Michael Caine (Alfred) et Morgan Freeman (Luciux Fox). Tout comme le pauvre Harvey Dent / Double Face (joué très intelligemment par Aaron Eckhart) qui peine à trouver sa place. La genèse de Double Face est complètement écrasée par le « combat » contre le Joker. Le film n’avait pas besoin de deux méchants. Un méchant réussi faisait parfaitement l’affaire. Et c’est ce que nous avons là avec le Joker, brillamment interprété par Heath Ledger (ça n’étonnera personne, surtout ceux qui ont vu Brokeback Mountain).

Le scénario est digne d’un blockbuster made in USA lourdaud et indigeste. Surenchère de méchants, surenchère de courses poursuites, de bagarres, d’actes barbares et fous jusqu’à l’invraisemblable épisode des ferries piégés…  Les scènes d’actions sont entrecoupées de passages pseudo-philosophiques (je suis un gentil pas vraiment gentil puisque la fin justifie parfois les moyens tendancieux que j’utilise) ou d’une bouillie politique à donner des aigreurs d’estomac. Tout ça pour arriver à la conclusion qu’un homme qui n’a pas peur de mourir est libre. Et qu’un homme libre qui décide de n’obéir à aucune règle sauf la sienne devient de facto le plus puissant agent du chaos. Amen. Merci Hollywood d’enfoncer les portes ouvertes.

Non, vraiment, je n’ai pas aimé Batman Begins encore moins The Dark Knight et j’espère ne pas assister à un « nouveau » Batman avec un nouveau Pingouin … mais connaissant Hollywood nous n’y couperons pas.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “The Dark Knight – Christopher Nolan