Clones – Jonathan Mostow 10


Clones

Réalisé par Jonathan Mostow

Avec Bruce Willis, Radha Mitchell, Rosamund Pike, James Cromwell, Ving Rhames, Michael Cudlitz …

Synopsis
Deux agents du FBI enquêtent sur le meurtre mystérieux d’un étudiant, qui semble lié à l’homme qui a contribué à mettre au point une invention qui s’est imposée dans toute la société : les gens peuvent désormais acheter des versions robotisées d’eux-mêmes, des doubles sans défaut qui, commandés à distance, effectuent leurs tâches à leur place et leur permettent de vivre par procuration sans quitter le confort et la sécurité de leur domicile. Cette révolution technologique soulève beaucoup de questions, dont la première va vite devenir préoccupante : dans un monde d’apparences qui est réel, à qui peut-on faire confiance ?

Mon avis
Pour commencer ne cherchez pas les clones, vous n’en trouverez pas. Un clone humain, par définition, est une réplique humaine d’un autre être humain. Ici les doubles sont des machines que les humains pilotent depuis leur fauteuil. Le titre original, The Surrogates, peut être traduit par Les substituts car les machines se substituent aux corps humains dans la vie quotidienne.
Ne cherchez pas non plus un film qui vous permettra de réfléchir sur les implications d’un tel procédé de substitution. Vous vous demandez comment le phénomène impacte la société ? C’est simple : les 10 premières minutes du film vous renseigneront. Les hommes vivent par procuration, les meurtres ont disparu, tous les clones sont beaux et parfaits et les rapports humains sont totalement déshumanisés… Les gens s’ennuient toujours autant, les dépressifs le sont toujours, il y a autant de vieux, moches et malades mais leur clones affichent en permanence tous les signes du bonheur, de la santé et de la beauté. Des mouvements anti-clones se sont créés et, dans certaines villes, on trouve des enclaves 100% humaines interdites aux clones. Fin de la partie philosophique du film.
Par contre si vous recherchez un Die hard dans un univers futur pessimiste, Clones est fait pour vous. Bruce Willis incarne un flic (son clone arbore un superbe postiche) dont le fils est décédé dans un accident de voiture avant la généralisation des clones. La mort de son fils a aussi sonné le glas de son couple et sa femme ne communique plus avec lui que par clone interposé. Il est chargé d’enquêter sur la mort d’un étudiant. En pleine nuit, son clone s’est fait attaquer, entraînant le premier décès à distance d’un être humain. Bruce Willis se lance donc sur les traces du meurtrier façon John McClane c’est-à-dire avec courses poursuites, fusillades, bastons et destruction du matériel de l’Etat (à commencer par son clone). La fin est aisément prévisible. On se retrouve donc avec un film d’action très classique dans un décor d’anticipation sombre. L’esthétique du film renforce le côté pessimiste de la vision du réalisateur : clones inexpressifs, tons froids (gris ou bleu), société mécanisée et déshumanisée.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “Clones – Jonathan Mostow

  • hildebald

    raleuse! j’ai adoré!
    mais faut dire que j’y suis allée pour Bruce :p
    jadore le postiche! jadore l’univers et la baston!
    mais cest sur que ca ne deviendra pas culte ^^

  • Lhisbei

    oh mais je ne râle pas contre le film []. j’ai passé un bon moment (j’aime bien McClane, j’aime bien la castagne).
    je râle contre le fait qu’on essaye de nous faire croire que c’est un film profond qui porte une réflexion sur un futur possible alors qu’il s’agit ni plus ni moins que d’un film d’action hollywoodien 100% classique… Quand on y va en le sachant ça se passe bien. Sinon on risque d’être déçu

  • GeishaNellie

    Je trouve que cela faisait longtemps que l’on n’avait pas eu de passe de film sf au cinéma à part les films de superhéros qui sont bien souvent loin d’être réussi. Celui-là, il m’a plut et je me garoche dès que je peux sur Avatar, un des prochains films de sf à sortir.

  • Cachou

    Je suis d’accord pour le côté action (mais les Die Hard sont biiiiiiiien meilleurs de ce point de vue-là je trouve). Pour ce qui est du côté critique, j’en ai quand même vu une en filigrane qui m’a plu: ne trouves-tu pas que ce film peut être une parabole des réseaux sociaux et autres moyen de se projeter dans la vie via internet comme écran protecteur contre le rejet et les déceptions (à la manière des surrogates qui empêchent les humains de souffrir et de se tuer dans des accidents)?

  • Efelle

    Entre ça et 2012, le choix est vite fait…
    Cela dit en matière SF, le choix est limité au cinéma. Entre Clones/ The Surrogates et 2012 ou un enième remake d’Alien…
    Bref j’ai bien aimé l’univers du film même s’il laisse une place prépondérante à l’action (on est quand même très loin des films d’action d’Hollywood genre Fast and Furious 23). Nous y sommes allé sans a priori et on a été agréablement surpris.

  • yueyin

    ça fait pesé au feu du soleil de asimov (bon pour le point de départ après c’est die hard, ok, de toute façon ça devrait me plaire, j’aime bien Bruce dans son rôle de superflic ))