Tron l’héritage – Joseph Kosinski

Tron l’héritage

Réalisé par Joseph Kosinski

Avec Jeff Bridges, Garrett Hedlund, Olivia Wilde, Bruce Boxleitner

Synopsis

Sam Flynn, 27 ans, est le fils expert en technologie de Kevin Flynn. Cherchant à percer le mystère de la disparition de son père, il se retrouve aspiré dans ce même monde de programmes redoutables et de jeux mortels où vit son père depuis 25 ans. Avec la fidèle confidente de Kevin, père et fils s’engagent dans un voyage où la mort guette, à travers un cyber univers époustouflant visuellement, devenu plus avancé technologiquement et plus dangereux que jamais…

Que dire de ce film ? En dire beaucoup de mal serait facile car le scénario en contient pas une idée originale, certains acteurs ont un jeu basique, les clichés s’empilent et la 3D n’apporte rien. Oui mais … c’est tout de même la suite de Tron. Tron le premier film à inclure des effets numériques, des effets spéciaux. Tron, le film culte et ultra-référentiel pour les geeks (ce que je ne suis pas) et mordus de SF (ce que je suis un peu tout de même). Ce n’est pas facile d’assumer un héritage pareil. Or ce film ne renie rien : ni les courses de motos, les combats de disque, les costumes à bandes lumineuses (ceux de 1982 étaient déjà kitsch à la sortie du film, ceux de 2011 le seront tout aussi vite) ou les références au premier volet (la Ducati, les jeux d’arcades, le vocabulaire, les mêmes acteurs, l’utilisation des effets numériques pour les rajeunir … et jusqu’à l’affiche identique). Il aborde des thématiques certes déjà vues et revues (le double, la création, le démiurge, la créature de Frankenstein, le parcours initiatique d’un jeune homme, la révolution numérique etc) mais avec des images léchées, une bande son impeccable – moi qui ne suis pas fan de Daft Punk j’ai trouvé qu’elle collait parfaitement au film, qu’elle le portait tout en ne se faisait pas remarquer – et avec un respect du premier volet qui confine à la vénération. Et c’est bien cette vénération qui conduit Tron l’héritage au naufrage, qui ne lui permet pas d’exister, de respirer. C’est cette incapacité à s’affranchir de son aîné qui le conduit au désastre. Mais, malgré tout, malgré les défauts, j’aime Tron l’héritage  parce que, justement, il ne trahit pas (au moins dans l’intention) le premier Tron. Et le respect est bien trop rare dans le milieu du cinéma pour ne pas être salué.

Lire les avis de Anudar, Les murmures sur le blog d’AC de Haenne, Pitivier, Le Dino Bleu, Christophe Lambert et l’avis du Dino bleu sur le jeu vidéo.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “Tron l’héritage – Joseph Kosinski”