Albator, Corsaire de l’espace – Shinji Aramaki 9


Albator, Corsaire de l’espace

Réalisé par Shinji Aramaki

Avec Shun Oguri, Haruma Miura, Yû Aoi

Synopsis Allociné
2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l’espace. Il est condamné à mort, mais reste insaisissable.  Le jeune Yama, envoyé pour l’assassiner, s’infiltre dans l’Arcadia, alors qu’Albator décide d’entrer en guerre contre la Coalition Gaia afin de défendre sa planète d’origine, la Terre.

Mon avis.
Que voulez-vous que je vous dise ? Ce film c’est une plongée directe dans mon enfance (merci Récré A2 et le Club Dorothée de m’avoir gavée d’animés) et Albator est mon premier Héros (avec un H majuscule parce qu’il y en a peu des Héros). C’est d’ailleurs le seul animé de mon enfance dont j’ai acheté les DVD une fois adulte (et la trentaine largement (dé)passée) (même si je ne les ai pas regardés parce que la série a j’ai mal vieilli). Je suis de cette génération-là, la génération Albator, celle qui chante, nostalgique et sans peur du ridicule, les génériques de Bernard Minet et qui a même le mauvais goût d’aller l’écouter à la foire commerciale du coin devant un moules-frites (notez que ce soir là je n’étais pas la seule trentenaire à brandir mon smartphone pour mitrailler les cosplayers qui accompagnaient Bernard Minet : Albator, un Bioman, Mario et Luigi, Tom, Niki Larson, Seiya…).
Je peux vous parler du personnage d’Albator tel que je le vois, moi, tel qu’il est gravé dans ma mémoire, tel que je l’ai reconstruit et façonné avec le temps. Albator a quelque chose en plus que tous les héros qui ont bercé mon enfance. Il ne transige jamais. Il n’explique pas ses motivations (il se contente de tourner les talons et sa cape le suit avec panache). Il fait ce qu’il estime devoir être fait. Il ne recule jamais. Il se bat pour une cause et des valeurs, pour une société plus juste, plus humaine envers ses membres, ce qui en fait un idéaliste doublé d’un sociopathe car il tue ses ennemis sans pitié même s’il n’est pas dénué d’empathie. Albator est  aussi le meilleur capitaine de vaisseau et le meilleur tacticien que l’univers ait porté. Et sa cicatrice est cool (ça c’est pour la princesse romantique de 6 ans que j’étais).
Le film restitue parfaitement le personnage tel que je le voyais moi. Plus torturé encore, plus mystérieux, plus intransigeant et plus idéaliste encore. Et j’ai poussé un grand soupir de soulagement de ne pas voir une de mes idoles démolie. Alors ce film, je lui passe tous ses défauts, je l’excuse de ses maladresses et je l’absous de toutes ses scories scénaristiques. Et je loue le multiplexe, contre lequel je râle souvent, de l’avoir programmé et en 3D (mais doublé en VF) parce que les images sont tout simplement époustouflantes. Pour un peu, j’aurais presque regretté de ne pas avoir fait les 3h de file pour une contre-marque aux Utopiales de Nantes où était projeté une version plus longue. J’ai redécouvert un tas de choses à côté desquelles j’étais passée, enfant, ne connaissant pas les mythes. Ce film m’a donné envie de plonger dans les DVD qui prennent la poussière sur l’étagère. Et j’ai eu la confirmation que le capitaine Albator était immortel. Un Héros, un vrai. Le seul.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “Albator, Corsaire de l’espace – Shinji Aramaki

  • endea

    Oh làlà c’est beau ^^ Albator fut mon héros d’amour aussi dans mon enfance, et moi les DVD je les ai regardés (enfin la série de Albator 78 mes tout premiers) et tu sais quoi ? je suis en train de les revoir là actuellement, xD et même si c’est vieux, j’aime toujours autant. J’adore ton billet car il rend tout à fait hommage à cet hors la loi pas comme les autres. Je n’ai juste pas vu le film car pas envie d’y aller toute seule, alors j’attendrai sagement la sortie DVD et il est certain que je l’achèterai.
    Merci pour ce chouette billet

  • Zina

    J’ai pas encore eu l’occasion d’aller le voir, et en même temps je reculais un peu, comme toi je suis issue de cette fameuse génération, et j’avais peur que ça case le mythe !

  • Nick_Holmes

    « ce qui en fait un idéaliste doublé d’un sociopathe car il tue ses ennemis sans pitié même s’il n’est pas dénué d’empathie. »
    Non, il est plein d’honneur mais sans pitié pour ses vils ennemis. Il a des amis qu’il sauve régulièrement… (ou alors tous les capitaines de vaisseaux de guerre sont des sociopathes … mais là je ne me prononce pas)

  • Raven

    pour un bel article, c’est un bel article! Je fais partie de la génération Dorothée tout ça, mais j’ai manqué une bonne partie de tous les animés de cette époque. Je ne connais Albator que de nom et de visu, mais sans vraiment en savoir plus… Du coup, en zieutant le film, dans ma tête c’était « wouah c’est claaaaasse, c’est beaaaauuu » même si le scénario m’a plusieurs fois perdue (et pourtant je suis abonnée aux Final Fantasy et leurs histoires tordues), dans le sens où j’avais le sentiment de manquer de bagage concernant le personnage.
    Bref, j’ai quand même regretté qu’on le voit pas plus souvent à l’écran le monsieur à la cape qui vole toute seule dans son vaisseau…