Rogue One A Star Wars Story – Gareth Edwards II 10


Rogue One A Star Wars Story

Réalisé par  Gareth Edwards II

Avec Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn, Mads Mikkelsen, Forest Whitaker, Donnie Yen, Jiang Wen, Alan Tudyk…

Synopsis
Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’Étoile de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire.

Mon avis
La sortie d’un film dans l’univers de Star Wars est toujours un petit événement pour nous (nous = M. Lhisbei et moi). Pour patienter jusqu’au prochain épisode dans la chronologie des trilogies, Disney (qui, si j’ai bien tout suivi, a racheté la franchise) nous propose un épisode indépendant dont le scénario est bâti sur une toute petite phrase du générique du premier épisode de la première trilogie : « des espions rebelles ont dérobé les plans de la nouvelle arme de l’Empire : l’Etoile de la Mort, capable d’anéantir une planète entière ». Nous avons donc droit à un épisode charnière entre les deux trilogies puisque la chronologie le place après l’épisode III La Revanche des Sith et avant l’épisode IV Un nouvel espoir. Pas de surprise, si l’on a vu la série complète : on sait le sacrifice que ces plans ont exigé de l’Alliance Rebelle. Je conseille à ceux qui n’ont pas encore vu le film de bien regarder l’affiche et de compter les personnages survivants après la projection. Au passage, les mauvaises langues qui évoquaient une possible gnangnanterie « disnéyenne » en sont pour leur frais. Rogue one est un film de guerre, bien plus sombre, bien plus cynique et bien moins gentil que les films de la première trilogie. Et ici, pas d’ewok tout mimi, ni de Jar Jar Binks tête à claque pour alléger le propos. D’ailleurs, cette noirceur a bien plombé le moral de M. Lhisbei (« Il n’y a plus d’espoir ». Mais si, mais si, un nouvel espoir (celle là est copyrightée Xapur le Mystique.)

Baze Malbus dans un décor de guérilla urbaine

On retrouve certains personnages emblématiques de la première trilogie pour de courtes, voire très courtes, apparitions : Dark Vador, en méchant qui utilise la force pour étrangler à distance ses sbires incompétents (jubilatoire), la princesse Leia, le général Tarkin, C-3PO et R2-D2. L’incrustation des visages de synthèse est assez bluffante. Rogue one est un one-shot qui assume ses liens avec l’univers Star Wars tout en s’en affranchissant dès le générique (pas de tapis roulant ici) et offre au fan et au moins fan un très bon moment.

« I’m one with the Force. The Force is with me. »


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “Rogue One A Star Wars Story – Gareth Edwards II

  • Alys

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. 🙂 Je lui ai juste reproché un rythme un peu saccadé dans la première partie, mais pas de quoi ternir le bon souvenir que j’en ai deux ou trois semaines plus tard.

    • Lhisbei Auteur de l’article

      Oui, je suis d’accord pour le rythme saccadé au début : ça manquait de fluidité 🙂
      (et la scène du conseil de la rébellion aussi est archi revue aussi)

  • shaya

    Il était bien chouette ce film ! Le seul bémol pour moi, c’est que certains personnages (notamment Saul) mériteraient d’être approfondis, mais bon, on ne peut pas tout avoir !

  • Lorhkan

    Un bon Star Wars, qui surprend sur plusieurs points (âpre, il montre une Résistance qui a aussi ses mauvais côtés), et rate un peu son coup sur d’autres (manque d’empathie pour les personnages, ce qui est bien dommage vu leur destin).
    Mais globalement ça vaut le coup d’oeil d’autant que c’est sans doute dans ce film que se trouve la plus belle (et longue !) scène de bataille (espace et sol) de la saga.

  • Vert

    Très sympa cet épisode, j’en suis sortie avec une meilleure impression que pour le VII (mais les attentes n’étaient pas les mêmes non plus ceci dit).