Le Vol de la Sigillaire, Les Artilleuses, T1- Pierre Pevel et Étienne Willem 3


Le Vol de la Sigillaire
Les Artilleuses, T1

De Pierre Pevel et Étienne Willem

Drakoo – 48pages

Paris merveilleux

Dans l’univers du Paris des Merveilles de Pierre Pevel, coexistent créatures magiques (gnomes, elfes, faunes, fées etc) et humains. Des passerelles vers l’OutreMonde, découvert une centaine d’années auparavant, permettent de circuler de l’un à l’autre. En 1911, nous sommes dans un Paris marqué par l’Art Nouveau qui, de fait, se prête bien au format BD où les technologies sont pour le moins avancées et la magie imprègne le monde des Hommes. Les Artilleuses, une bande de braqueuses, sont revenues en ville. Lady Remington, l’anglaise, Miss Winchester, l’américaine et Mam’zelle Gatling (oui, elles aiment jouer avec les armes à feu) viennent de dévaliser une banque dans un feu d’artifice d’explosions et de canardages en tous genres. Le braquage dissimule une commande spécifique : récupérer un mystérieux sceau que l’on devine magique pour le compte du faune Cristofaros. Le bijou attise les convoitises et les Artilleuses ont bien vite d’autres ennemis que les brigades mobiles spécialisées dans les affaires féériques aux trousses.

Une introduction explosive

Le rythme est soutenu et les rebondissements s’enchaînent sans temps mort. La gouailles des personnages, hauts en couleur, et l’humour réjouissent le lecteur. L’accent est mis sur l’action et les péripéties, au détriment parfois des personnages et de leur personnalité, à peine esquissée. Aucune information sur leur passé ne vient enrichir leur caractère, bien trempé certes, et le don de Lady Remington semble tomber bien à propos. Le dessin se révèle parfaitement adapté au thème, à l’époque et la mise en couleur donne une ambiance steampunk. Comme il s’agit d’un tome introductif – la série est prévue sur 3 tomes, l’intrigue principale n’avance presque pas mais les les trois artilleuses parviennent déjà à se mettre à dos la police et les services secrets prussiens, dirigés par un ogre. Bien sûr, il faudra attendre les deux autres volets pour juger la série dans sa globalité, mais ce premier opus joue pleinement son rôle et donne envie de passer à la suite.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “Le Vol de la Sigillaire, Les Artilleuses, T1- Pierre Pevel et Étienne Willem

  • Baroona

    Tu as été moins déçu que moi j’ai l’impression – ou tu es plus diplomate. ^^ J’espère vraiment qu’il y aura plus de contenu, autre que boum boum badaboum, dans les deux volumes suivants, parce qu’il y a du potentiel pour un truc sympa.

    • Lhisbei Auteur de l’article

      Je dirais que je suis plus patiente :p Je jugerai sur les 3 tomes. Et j’aime bien de temps à autres les filles qui font boum boum badaboum. Tout comme j’aime bien voir un blockbuster inconsistant, ça vide le cerveau. J’ai bien aimé The Old Guard pour ça d’ailleurs (alors que le film n’est pas hyper réussi).