Aucune terre n’est promise – Lavie Tidhar

Aucune terre n’est promise

De Lavie Tidhar

Mnémos label Mu – 272 pages. Traduction de Julien Bétan

Projet Ouganda

Le projet Ouganda est un projet d’implantation juive au Kenya présenté en 1903 par Theodor Herzl lors d’un congrès puisque le peuple juif n’avait pas de terre et se voyait refuser l’installation en Palestine. En Russie, 47 juifs sont tués, plus de 500 sont blessés et 700 maisons et boutiques juives sont pillées puis détruites lors d’un pogrom. Trois personnes sont envoyées en Afrique pour étudier la faisabilité du projet. Après bien des difficultés, ils parviennent sur un haut plateau kényan. A leur retour, deux des trois émissaires déconseille une implantation africaine. Le congrès sioniste rejette le projet. La suite, on la connaît : nazisme, Seconde Guerre mondiale, les camps de la mort, la Soah et ses six millions de morts, puis la création, en Palestine, de l’État d’Israël, les guerres, la colonisation et les affrontements qui persistent aujourd’hui.

Identité juive

Dans Aucune terre n’est promise, l’implantation africaine est une réalité. Pas d’Holocauste, donc. Pour autant, le roman n’est pas une uchronie revisitant une ligne temporelle unique. Et la Palestina est confrontée à d’autres problèmes. Elle s’est construite sur le territoire d’une ethnie kenyane, la repoussant de plus en plus loin sur une terre de plus en plus inhospitalière au fil de son extension. Elle devient la cible d’attaques terroristes et érige un mur immense pour se protéger.Toute ressemblance avec le monde actuel n’est évidemment pas fortuit.
Lior Tirosh, écrivain en mauvais genres au succès relatif, part de Berlin direction la Palestina. Il vient de divorcer et espère pouvoir faire le point à Ararat City. Il est aussi attendu pour une conférence rencontre avec des étudiants. Mais une fois sur place, Lior semble déconnecté de la réalité. Ou peut-être est-ce la réalité qui n’est plus la même.
S’il fallait résumer en un mot le roman – impossible bien sûr, glissement pourrait pourtant faire l’affaire. Parlons des glissements entre plusieurs réalités, mondes parallèles, extrêmement bien gérés, tout en finesse et subtilité par la narration. D’abord une étrangeté du monde qui entoure Lior, puis un décalage de plus en plus important qui conduit à un glissement progressif entre plusieurs identités. La gestion du bouleversement psychologique qui en découle est un autre point fort du roman.
La narration de Lavie Tidhar brouille les repères et déstabilise. Puis peu à peu, le récit fait sens. La mise en perspective avec le monde réel et ce que dit le roman sur la place du peuple juif (et en filigrane du conflit israélo palestinien) se révèlent proprement vertigineux. A condition de se laisser porter un temps sans volonté de comprendre à toute force.
Avec Aucune terre n’est promise, Lavie Tidhar propose un roman politiquement et humainement ambitieux, à la narration complexe et totalement maîtrisée. En un mot ? Une réussite.

Citation

Une parmi d’autres

J’aimais cette heure. Je n’avais jamais imaginé en aimer une autre. L’individu, la terre : au bout d’un moment, il faut choisir entre les deux. L’Histoire toute entière n’est qu’un mensonge que l’on se raconte à soi-même, un récit. La terre demeure, indifférente à nos souffrances, à nos guerres, au nom que nous lui donnons.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. yogo dit :

    Je ne l’ai pas encore lu mais c’est prévu… chaque chronique qui passe me conforte dans mon envie.

  2. Baroona dit :

    Il a l’air vraiment unique ce livre, et donc d’autant plus tentant. J’attends juste qu’il soit couronné Prix PSF et je le lis, histoire de participer à l’impact du Prix. =P

    • Lhisbei dit :

      Oui, il se démarque de la production actuelle. Pas besoin de hard SF pour avoir le vertige. :p Et je crois qu’il vient de sortir en numérique
      🙂

  3. shaya dit :

    Intrigant en tout cas, à voir si je tente ou pas !

  1. 26/09/2021

    […] Vous pouvez également consulter les chroniques de Just A Word, Touchez mon blog monseigneur, Tigger Lilly, Lhisbei […]

  2. 01/10/2021

    […] comme il ne doit en rester qu’un, le lauréat du Prix Planète-SF des Blogueurs 2021 est  Aucune terre n’est promise de Lavie Tidhar paru chez Mü et traduit par Julien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.