Le Chant des Fenjicks – Luce Basseterre

Le Chant des Fenjicks

De Luce Basseterre

Mnémos – 336 pages.

Retour de chronique du Bifrost 101

Les Imbtus, des félidés vivants dans une société matriarcale, sont confrontés à un problème de fertilité. Certaines dirigeantes accusent l’envahisseur Chaleck, une espèce reptilienne asexuée, d’en être les instigateurs. Les Chalecks, spécialistes en modification génétique, offrent aussi une solution, l’hermaphrodisme, qui bousculerait l’ordre établi et réduirait la pression sociale sur les mâles fertiles. L’Empire Chaleck est parvenu à étendre sa domination tout en évitant la guerre. Ses méthodes résident dans une forme subtile de coercition et de manipulation des espèces sur un temps long – plusieurs générations. Les biocoms, implantés sur les Imbtus et présentés comme une avancée technologique bienfaisante pour leurs porteurs, permettent un contrôle comportemental et physique qui fait disparaître le libre-arbitre avec toute volonté de rébellion. Ils influent sur la construction de la personnalité par l’effacement ou l’implantation de souvenirs et conduisent les peuples à se soumettre librement. Depuis des millénaires, les Chalecks asservissent nombre d’espèces par ce biais. Les Fenjicks, des requins cosmiques qu’aucune radiation n’atteint, en ont fait les frais. Lobotomisés, dotés d’une IA puis évidés pour en faire de simples vaisseaux taxis nommés cybersquales, ils sont menacés d’extinction. Cybersquales et Fenjicks n’ont d’ailleurs plus de langage commun, les premiers ayant perdu leur capacité à chanter. La révolte gronde chez les Imbtus et chez les cybersquales dont certaines IA ont été débridées et ont pu développer une conscience. C’est le début de la fin pour un empire incapable de prendre conscience de son absence totale d’éthique.

Le Chant des Fenjicks partage le même univers que La Débusqueuse de mondes (initialement paru chez Mü et récemment réédité au Livre de Poche), dont l’intrigue se situe bien après et dans lequel on croise certains personnages Fenjicks – la longévité est une autre caractéristique de cette espèce. Ils ont en commun une narration à multiples voix dont une seule est humaine. Dans ces romans de space opera où le voyage spatial et l’ingénierie biologique sont maîtrisés, de nombreuses espèces différentes non humaines, intelligences artificielles, félidés, reptiliens, métamorphes – asexués, genrés ou non – peuplent l’univers. Luce Basseterre adapte son écriture à chacun, avec un langage épicène dotés des pronoms et des articles neutres pour correspondre à un peuple non genré. Le Chant des Fenjicks met en scène une révolte à grande échelle —– une guerre sans généraux mais avec ses batailles et ses morts — vécue et racontée en temps réel par une multitude de personnages dont la plupart n’ambitionnent rien de plus que de vivre leur vie en paix. Cette profusion de protagonistes, mise en scènes dans de courts chapitres rythmés, nécessite un peu d’attention sous peine de perdre le fil de l’intrigue. Luce Basseterre explore les thèmes de la recherche de liberté, la fin de l’asservissement, le droit à disposer de son corps dans un roman qui porte un message de tolérance et d’optimisme.

Citation

Ce chant s’engouffre en moi. Je ne parviens ni à le décoder ni à en localiser la source. C’est très perturbant. Télépathie ? En tout cas, ce mode de communication échappe à mes systèmes. Sa nature se rapproche de celle qui émane des petits que nous convoyons. Une lamentation lancinante qui nous accompagne depuis le premier jour. Je tente de l’interpréter. Certaines mélopées reviennent en boucle, elles résistent toutefois à mes analyses. J’improvise quelques réponses. Elles tombent dans le vide. Ils ne me comprennent pas non plus.
Ce que je perçois relève de concepts trop vagues, trop abstraits pour cette intelligence qu’on m’a greffée. Pourtant, quelque part, leur peine et leur inquiétude me touchent. Comme une vibration intime qui me traverse de part en part. Des sentiments que je redécouvre.
J’ai été l’un d’eux, j’ai été comme eux. Ce n’est pas une révélation, mais désormais j’en appréhende les implications.
Le banc a modifié sa trajectoire. Donc, ils m’entendent bien et, s’ils ne comprennent pas tout, ma voix ne se perd pas dans le néant. Peut-être devrais-je changer d’approche, me limiter à nos bases communes. Ce n’est pas si simple. Du squale que j’étais, il ne reste qu’une coquille. Mes pensées émanent d’un programme extrêmement complexe créé par des planétaires aux mœurs et préoccupations très éloignées de ces cosmiques.
Une IA peut-elle éprouver des sentiments ? Une souffrance ? Les pleurs des petits m’ont toujours blessé, alors que je n’en saisissais pas encore la nature. La cause de cette étrange empathie résistait à toute extrapolation. Au point que je l’avais mise sur le compte d’une défaillance due à mon propre accident. L’accident ? Mes journaux ont été effacés. Il m’en reste pourtant des images, pas assez pour reconstituer les faits. Plus étonnant, elles ne proviennent pas de mes banques de données. Encore un mystère. Disposerais-je d’une mémoire cachée ? Mes concepteurs se seraient-ils leurrés quant au siège de certaines des facultés de leur matière première ?

Pour aller plus loin

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. shaya dit :

    Une autrice à découvrir pour moi, ce qu’elle fait a l’air vraiment intéressant.

  2. Yuyine dit :

    Est-il préférable d’avoir lu La débusqueuse de mondes avant ce roman?
    Merci pour la réponse 🙂

    • Lhisbei dit :

      Oups, je vois ton commentaire tardivement, pardon. Ce n’est pas nécessaire d’avoir lu La Débusqueuse qui se déroule bien plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.