Miscellanées de nouvelles (2) 4


Commençons par « La diplomatie en trois rounds » de John Scalzi, une nouvelle promotionnelle de 31 pages offerte par l’Atalante. C’était mon premier contact avec John Scalzi (le même jour j’avais fait l’acquisition de Deus in Machina dont je reparlerai cet été). L’officier Wilson qui accompagne une mission diplomatique sur Korba-Aty. Petit hic, les Korbans ne sont pas très réceptifs, surtout depuis le coup d’état militaire. Les diplomates tentent une approche nouvelle, basée sur les capacités augmentées de leur soldats : Wilson devra affronter en combat singulier l’un des meilleur soldat Korban. En trois rounds. Et sans froisser les futurs alliés. Un texte drôle, intelligent, assez dense vu sa taille, avec un personnage principal bien construit. L’exposition est courte et il m’a fallu un peu de temps pour mieux appréhender l’univers (j’ai relu les quatre première pages pour situer le décor) mais la lecture était jouissive. Lire aussi l’avis (totalement contraire au mien) de Julien. « La diplomatie en trois rounds » m’a donné envie de poursuivre avec John Scalzi et je vous reparlerai bientôt de Deus in Machina.

Toujours chez l’Atalante parlons à présent de « Drame de troll » de Terry Pratchett, un autre texte promotionnel, de 25 pages celui-ci. Cetre nouvelle met en scène Cohen le barbare, un vieux guerrier qui regrette le bon vieux temps, celui des trolls agressifs et des gobelins belliqueux. Le progrès est un fléau pour le guerrier. Alors pourquoi ne pas se faire un troll comme au bon vieux temps ? Ici aussi nous avons une nouvelle humoristique mais teintée de nostalgie. Fonctionnant surtout sur des dialogues (même le cheval de Cohen le barbare est doué de parole) elle est entraînante même si le lecteur a un petit pincement au coeur devant la mélancolie de Cohen. C’est bon, très bon même… c’est du Pratchett, quoi. Vous pouvez la trouver sur le Vade-Mecum.

« Rempart », la nouvelle de Laurent Genefort, parue en avril 2010 dans le le Bifrost n° 58, a reçu le Grand Prix de l’Imaginaire 2011 catégorie nouvelle francophone et le Prix Bob Morane 2011. Pour fêter ça, Bifrost proposait ce texte en téléchargement gratuit le mois dernier. Je l’ai donc téléchargée et lue en ebook. Là aussi c’était mon premier contact avec un texte de Laurent Genefort (quoi ?! s’exclameront certains … inculte je suis). J’apprécie vraiment de picorer des nouvelles, ça me permet justement de découvrir un auteur (sur une forme courte et exigeante) avant de me lancer dans un roman ou un cycle par exemple. Ici la nouvelle a un air de déjà-vu. La faute à District 9 qui partage une partie du « pitch » puisque des extraterrestres de tous les coins de la galaxie débarquent sur Terre pour parfois ne plus en repartir. Certaines villes deviennent au mieux une zone de transit intergalactique, au pire un ramassis de bidonvilles pour réfugiés de l’espace. Le narrateur est un membre des forces de paix des Nations Unies, forces appelées Rempart, qui tente, tant bien que mal, de faire son job, sauver sa peau (la paix peut parfois être violente) et garder la raison devant tant de bouleversements. La fin est très ouverte (trop pour moi car c’est quasiment une absence de fin) mais le monde décrit me tente bien. Ce qui tombe bien puisqu’en 2012 paraîtra au Bélial’ un court roman de Laurent Genefort dans le même univers : Points chauds. Ici aussi je vous invite à lire les avis de Julien, de Val et de Tigger Lilly sur le Bifrost 58.

« Cœur flétri » d’Aliette de Bodard, parue dans Angle Mort me permet de patienter avant d’entamer la lecture de De sang et d’obsidienne. Dans cette nouvelle narrée à la première personne, nous faisons connaissance avec Metlicue, une jeune vierge choisie pour offrir son coeur lors d’une rituel afin réveiller l’homme de maïs, une divinité chargée de fournir au peuple la nourriture en abondance. Mais Metlicue se rebelle et s’offre à un homme la veille de la cérémonie. Son coeur impur est, malgré tout, sacrifié à l’homme de maïs qui s’en trouve corrompu. Cette nouvelle se place probablement dans l’univers de De sang et d’obsidienne et me donne fichtrement envie de faire sortir au plus vite ce roman de ma PAL. C’est un texte sans défaut, poignant et envoutant. Une perle. Un petit tour chez Gromovar pour lire sa chronique sur Angle Mort.

Et enfin terminons avec « Le goût du sang » de Michel Pagel. Paru initialement dans Bifrost n°30, le Bélial le propose, jusqu’à la fin du mois de juillet, en lecture sur son blog et en téléchargement gratuit. Une nouvelle courte, qui se dévore d’une traite, légère, sans réel enjeu et qui tient essentiellement par la plume de l’auteur et sa chute très drôle (enfin moi elle m’a fait éclater de rire). Décidément j’adore toujours autant les textes de Michel Pagel.

 


Summer Star Wars


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Miscellanées de nouvelles (2)