Miscellanées de nouvelles (11) 5


Onzième entrée dans la série des Miscellanées de nouvelles. La semaine dernière nous avions une carte 100% féminine, 100% française et 100% numérique. Cette semaine, notre menu sera tout aussi français et numérique mais il sera aussi 100% masculin et 100% Bélial. N’y voyez pas malice. Des nouvelles « à la pièce » offertes (oui, parfois, je suis pingre), il n’y en a qu’au Bélial, chez Angle Mort et à L’Atalante pour la Décade de l’imaginaire (et la dernière décade était, je le rappelle, 100% féminine). Ma liseuse est donc bien pourvue en nouvelles bifrostiennes. Entrée, plat et dessert comme d’habitude.

fleurNous commençons avec « Fleur » de Laurent Genefort, courte nouvelle (20 pages) qui traîne dans ma liseuse depuis mai 2012. Nous sommes projetés dans un futur proche (2019) mais très particulier. Des Bouches se sont ouvertes aux quatre coins du monde. Il s’agit de trous de vers par lesquels transitent des extraterrestres d’un point à un autre de la galaxie. La Terre devient un lieu de passage d’espèces exotiques ou dangereuses. Difficile d’appréhender le monde quand l’univers vous tombe dessus, non ? Comprendre le monde n’est pas la première préoccupation de Fleur. La Bouche présente dans son quartier n’a pas craché un seul alien depuis des lustres. Et sa préoccupation première, dès les premières lignes de la nouvelle, c’est d’espérer rester en vie. Son mac, Juancho, lui administre une belle correction en pleine rue, correction dont elle a bien compris l’issue fatale. Pourtant le salut (plutôt un répit) viendra de la Bouche de son quartier. Dans cette nouvelle la violence de notre monde contraste avec la paix d’un monde extraterrestre incompréhensible pour Fleur. Pour évoquer chacun des mondes, Laurent Genefort module la tonalité et le style de son texte. La transition entre les mondes, fluide, se fait en douceur. La fin n’est pas dénuée d’une forme de poésie optimiste. De l’auteur, dans ce même univers, j’avais lu et apprécié la nouvelle « Rempart« . Il faut que je rattrape Points chauds. Lire l’avis de Philémont.

Même avec ton nom, Fleur, une pute ça reste une pute. »

Sur-le-flanc-de-la-froide-c« Sur le flanc de la froide colline » de Loïc Le Borgne est mon premier contact avec l’auteur. Ce sera probablement le dernier. Un texte post-apocalyptique trop noir, trop âpre pour moi (même sur 22 pages). Sans compter que j’avais deviné la révélation finale assez tôt dans ma lecture. Nous voilà aux côtés d’un montagnard, reclus. Il observe les survivants d’un cataclysme (la Panique) traverser la vallée en contrebas pour atteindre le sud (la misère est moins difficile au soleil ? Pas si sûr car traverser les montages fait souvent le bonheur des vautours). Régulièrement, il doit faire face aux pillards mais aussi aux gamins un peu plus malins qui viennent louer leurs bras pour un repas chaud et un toit. Seulement, les gamins ne sont pas assez malins pour faire taire leur curiosité assez longtemps. Le plume est aussi belle que son monde est glaçant. Loïc Le Borgne semble déjà s’être affranchi des références musicales (The Boss inside mais pas que) ou littéraires (Keats) qu’il invoque dans son texte. J’appelle ça du talent. L’avis de Philémont et de Baroona.

Avant d’être des rats, les hommes étaient cochons.

ForbachTerminons avec « Forbach » de Thomas Day, la plus longue des trois nouvelles qui composent le menu du jour avec ses 33 pages. La nouvelle est téléchargeable gratuitement jusqu’au 28 février 2015. Publiée dans le Bifrost n°73 consacré à Lovecraft, elle a reçu le prix des lecteurs Bifrost 2014.
Bienvenue à Forbach, sur le domaine Wallenberg, en Lorraine, terre industrielle sinistrée, où les corbeaux pullulent. Nous y rejoignons Lin. Son petit ami, Matteo, vient d’hériter du manoir de son grand-père. Du manoir, de son observatoire, du terrain et des grottes qui le bordent. Et de ce qui se cache dans la Salle Aux Corbeaux, au coeur d’une de ces cavités. Construite à rebours puisqu’on remonte le temps jusqu’à la source et la nature du mal, elle distille l’horreur par petites touches mais cela n’en reste pas moins très efficace. Je n’ai jamais été déçue par un texte de Thomas Day (Du Sel sous les paupièresL’automate de Nuremberg de Thomas Day, Le trône d’ébène,  et « Je suis l’ennemi » dans le premier billet des Miscellanées). Celui-là n’échappe pas à la règle. Lire les avis de Philémont et Baroona.

« — Corvus forbachis, je crois que c’est leur nom officiel. Les corbacs de Forbach. Endémiques ; on n’en trouve que dans cette région de France. Leur bec est si robuste qu’ils l’utilisent pour fracasser les boîtes crâniennes des charognes. Ils sont très gros ; y a pas plus gros sur Terre, même en Sibérie. »

Les logos du jour.

Challenge FrancoFou


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Miscellanées de nouvelles (11)

  • Baroona

    J’ai moi aussi préféré « Forbach » à « Sur le flanc de la froide colline », alors que je ne lis jamais de textes « horrifiques », loin d’être ma tasse de thé. Il est vraiment fort ce Thomas Day ! ^^

    • Lhisbei Auteur de l’article

      Il n’est effectivement pas mauvais écrivain 🙂
      Qualifier ces textes de horrifiques me paraît un peu exagéré. Du fantastique, oui. Mais on est loin de Masterton ou de Koontz

      • Baroona

        Oui, c’est exagéré, d’où les guillemets. Mais fantastique me parait trop large et ces textes me semblent un peu plus fort que ça. Mettons que c’est du « sombre fantastique ». =P

        • Lhisbei Auteur de l’article

          Je vois ce que tu veux dire Baroona. Ce texte fiche plus la trouille que certains textes de fantastique classiques sans sombrer dans l’horrifique pur et dur…