Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal – Steven Spielberg 2


Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal

Réalisé par Steven Spielberg

Avec Harrison Ford, Cate Blanchett, Karen Allen, Shia LaBeouf, Ray Winstone, John Hurt…

Synopsis
La nouvelle aventure d’Indiana Jones débute dans un désert du sud-ouest des Etats-Unis. Nous sommes en 1957, en pleine Guerre Froide. Indy et son copain Mac viennent tout juste d’échapper à une bande d’agents soviétiques à la recherche d’une mystérieuse relique surgie du fond des temps. De retour au Marshall College, le Professeur Jones apprend une très mauvaise nouvelle : ses récentes activités l’ont rendu suspect aux yeux du gouvernement américain. Le doyen Stanforth, qui est aussi un proche ami, se voit contraint de le licencier. A la sortie de la ville, Indiana fait la connaissance d’un jeune motard rebelle, Mutt, qui lui fait une proposition inattendue. En échange de son aide, il le mettra sur la piste du Crâne de Cristal d’Akator, relique mystérieuse qui suscite depuis des siècles autant de fascination que de craintes. Ce serait à coup sûr la plus belle trouvaille de l’histoire de l’archéologie. Indy et Mutt font route vers le Pérou, terre de mystères et de superstitions, où tant d’explorateurs ont trouvé la mort ou sombré dans la folie, à la recherche d’hypothétiques et insaisissables trésors. Mais ils réalisent très vite qu’ils ne sont pas seuls dans leur quête : les agents soviétiques sont eux aussi à la recherche du Crâne de Cristal, car il est dit que celui qui possède le Crâne et en déchiffre les énigmes s’assure du même coup le contrôle absolu de l’univers. Le chef de cette bande est la cruelle et somptueuse Irina Spalko. Indy n’aura jamais d’ennemie plus implacable… Indy et Mutt réuissiront-ils à semer leurs poursuivants, à déjouer les pièges de leurs faux amis et surtout à éviter que le Crâne de Cristal ne tombe entre les mains avides d’Irina et ses sinistres sbires ?

Mon avis
Et c’est reparti pour un tour. Indiana Jones n’a pas changé. Bon il a vieilli, ça se voit et il le dit. Son autorité est remise en cause (la scène avec le FBI en dit long) et la légende a un pris du plomb dans l’aile. Mais dès qu’il s’agit de contrer les russes parti en chasse d’un mystérieux crâne de cristal Jones assure. Poursuites échevelées, évasions en tous genres, bagarres acharnées, évènements spectaculaires, Indy est de retour. Cette fois il a son « junior » en la personne de Mutt, une sorte de Fonzie avec blouson de cuir, chevelure gominée et couteau à cran d’arrêt (très mal joué par Shia LaBeouf ou alors le côté artificiel et factice est voulu). Les clins d’œil aux précédents épisodes se multiplient tout au long du film et Indy retrouve même son premier amour (quel romantisme !). Bref tout y est : le sourire en coin de l’aventurier, l’humour caractéristique de la saga, des méchants dangereux mais aussi très bêtes, les péripéties, le jeu du chat et de la souris… Le film est donc sans surprise et même prévisible (vu la forme du crâne on devine tout de suite de quoi il retourne). Le spectateur se retrouve avec plaisir en terrain connu mais sans grand enthousiasme.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal – Steven Spielberg

  • Youplala

    J’ai vraiment été déçue par ce quatrième opus. Pas un seul moment je n’ai réussi à « rentrer » réellement dans le film, il y a trop d’incohérences, d’éléments pas exploités et des scènes qui n’apportent rien du tout.
    Le moins réussi des « Indiana Jones » pour moi.