Inglourious Basterds – Quentin Tarentino 4


Inglourious Basterds

Réalisé par Quentin Tarentino

Avec Brad Pitt, Mélanie Laurent, Christoph Waltz, Eli Roth, Diane Kruger, Michael Fassbender, Daniel Brühl, Til Schweiger, Gedeon Burkhard, Mike Myers …

Synopsis
Dans la France occupée de 1940, Shosanna Dreyfus assiste à l’exécution de sa famille tombée entre les mains du colonel nazi Hans Landa. Shosanna s’échappe de justesse et s’enfuit à Paris où elle se construit une nouvelle identité en devenant exploitante d’une salle de cinéma. Quelque part ailleurs en Europe, le lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats juifs américains pour mener des actions punitives particulièrement sanglantes contre les nazis. « Les bâtards », nom sous lequel leurs ennemis vont apprendre à les connaître, se joignent à l’actrice allemande et agent secret Bridget von Hammersmark pour tenter d’éliminer les hauts dignitaires du Troisième Reich. Leurs destins vont se jouer à l’entrée du cinéma où Shosanna est décidée à mettre à exécution une vengeance très personnelle…

Mon avis
Je ne m’attendais pas à ça. Disons le tout net c’est M Lhisbei qui voulait voir ce film. Moi, je n’aime pas les films de guerre et Inglorious Basterds, même réalisé par Quentin Tarentino (dont j’aime bien les films), entrait dans cette catégorie. Je m’attendais donc à un film de guerre ou d’action mais pas à ce film là. L’action est là mais pas tant que ça, la guerre aussi mais pas à la manière traditionnelle dont on l’entend. Inglorious Basterd est plutôt filmé à la manière d’un western avec embuscades et scalps,  et longs dialogues entre méchants et gentils autour d’un verre au saloon. Le film est découpé en 5 chapitres et tous ont un ton différent. Le premier chapitre, un long dialogue dont la tension dramatique noue les tripes et qui  introduit Hans Landa, le Chasseur de Juifs, est impressionnant. Le découpage en chapitre, par l’ellipse de scènes non essentielles, permet aussi de maintenir le rythme du film. Les acteurs sont bons avec une mention spéciale à Christoph Waltz, en traqueur de juif polyglotte, salaud et sadique. Un point en moins à Brad Pitt qui cabotine un peu trop à mon goût. Les actrices sont excellentes en plus d’être belles, les explosions spectaculaires et la violence filmée sans complaisance ni pudeur excessive (la Tanrentino’s touch est bien présente). Et le final est digne d’une belle uchronie ce qui a décuplé mon plaisir.

Lire aussi l’avis de Guillaume.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Inglourious Basterds – Quentin Tarentino