Éveil – Robert J. Sawyer 9


Éveil

de Robert J. Sawyer

Robert Laffont – Ailleurs & Demain – 408 pages

Caitlin, jeune américaine de 16 ans venue vivre au Canada, est aveugle de naissance. Férue de mathématiques et d’internet, elle bénéficie de technologies suffisamment avancées pour pouvoir vivre une vie normale d’adolescente. Scolarisée dans un lycée classique, elle consigne ses impressions dans un blog intime. Quand le professeur Kuroda lui propose de bénéficier d’un traitement nouveau capable de lui donner la vue elle n’hésite pas un instant et se fait implanter un minuscule transmetteur derrière l’œil. En Chine une épidémie de grippe aviaire (H5N1) très dangereuse est détectée. Le président chinois prend une mesure radicale pour éviter la propagation et décide de museler le Web pour éviter que la nouvelle ne s’ébruite. En Californie, un singe très convoité se met à peindre des portraits. A ces trois histoires – qui se croisent à peine dans ce premier volet de la trilogie WWW de Robert J. Sawyer – s’ajoute une voix inconnue, celle d’une entité intelligente qui accède à la conscience. Cette entité Caitlin va la découvrir dans la Toile grâce à son implant…

Voila un roman contemporain dans ses thèmes mais classique dans sa forme. Contemporain n’implique pas obligatoirement original. L’idée de base, un cyberespace qui accède à la conscience, n’est pas très éloignée de la traditionnelle question de l’intelligence artificielle et de sa possible accession à une forme d’humanité. Les personnages sont classiques à l’exception du père (une belle trouvaille). La passion et la « bosse » des mathématiques de Caitlin ne suffit pas à la démarquer du stéréotype de l’adolescente mal dans sa peau. Pourtant Robert J. Sawyer sait nous la rendre attachante grâce, notamment, aux extraits de son journal intime (et puis elle voit le web et j’en suis malade de jalousie). Les autres personnages font ce qu’on attend d’eux mais le font bien. La description du web m’a fasciné, son éveil à la conscience aussi. J’ai même eu un coup de cœur pour Jagster, le moteur de recherche alternatif. Au point de vérifier s’il n’existait pas (mais, non, il n’existe pas). La construction du roman est très classique elle aussi. La narration alternée, fluide et très bien maitrisée, donne du rythme au roman qui se lit d’une traite.

Tout au long de la lecture d’Éveil je me suis dit : « Si ça pouvait être vrai, ce serait génial ! ». Voila un roman de SF qui m’a fait rêver et qui m’a donné envie de voir naître la technologie imaginée par l’auteur. Éveil n’est peut être pas le chef d’œuvre du siècle (il en est même loin) mais il est diablement efficace et je suis probablement une des rares à attendre la suite. Sans une impatience délirante certes, mais avec une belle dose de curiosité. J’ai envie de savoir comment les intrigues vont se croiser et comment va évoluer l’intelligence artificielle…(même si j’ai ma petite idée là-dessus) et surtout à quoi ressemblera le web.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “Éveil – Robert J. Sawyer

  • Lhisbei

    @ Travel australie : ce genre de messages c’est à envoyer par mail. je ne vois pas l’intérêt de claquer un commentaire à la suite d’un vieux billet… voyage solidaire ou pas encore un commentaire de ce type et il sera impitoyablement modéré.

  • Lhisbei

    @ SBM et Bardablog : attention les autres avis sont plutôt tièdes. c’est mon côté fan d’internet qui m’a plongée dans ce livre qui se lit très facilement []

  • Cachou

    J’ai eu une période Sawyer, qui a débuté avec « Mutations », et j’ai eu un énorme coup de foudre pour cet auteur SF qui réussissait à chaque livre à me faire réfléchir à un sujet que je n’avais pas vu venir en achetant le bouquin. En fait, le sujet de SF est souvent en second plan dans ses livres. Je garde en tout cas un très bon souvenir des 7-8 livres que j’ai lus. Je n’en ai plus lu depuis quelques années (je ne sais pas pourquoi).
    Ici, on en reparle beaucoup à cause de Flashforward (que je n’ai pas encore lu), j’ai eu envie de me replonger dans son univers mais je n’arrête pas d’entendre des trucs négatifs sur lui dernièrement… En fait, je pense que tu es la première critique un peu positive du monsieur que je lis. Ca me fait bizarre, parce que c’est un auteur qui m’a beaucoup marquée pendant mes années d’unifs, je ne pensais pas qu’il serait un jour considéré comme commercial.

  • Brize

    Oui, pour reprendre ce que tu dis dans un de tes commentaires, c’est de la SF grand public mais, comme toi, j’ai marché et j’attends la suite [Oui] !