Spin – Robert Charles Wilson 19


Spin

De Robert Charles Wilson

Folio SF – 609 pages

Avis de Monsieur Lhisbei

Tyler Dupree est un petit garçon qui a perdu son père, mort dans un accident de voiture. Ed Lawton, un ami de son père, a proposé à sa mère un poste de gouvernante. Il grandit avec Diane et Jason, les deux enfants Lawton. Un soir d’octobre alors qu’ils observent le ciel, les étoiles disparaissent brutalement. L’économie humaine est bouleversée pendant un temps. Les satellites tombe sur Terre un par un coupant les communications. Les hommes découvrent que  la Terre est entourée par une membrane qui ralentit le temps sur la planète. A l’extérieur de cette membrane, dans le reste de l’univers, le temps continue à s’écouler normalement. Dans 4,5 milliards d’années le Soleil va se transformer en géante rouge et détruire la terre. Il devient urgent pour l’humanité de trouver une solution au spin.
En guise de solution, dans un premier temps, Ed Lawton propose d’utiliser des aérostats pour remplacer les satellites  et rétablir les moyens de communication (téléphone, internet, GPS, télévision…). Sa fortune est faite et lui donne le pouvoir et l’influence nécessaire pour créer la fondation Périhélie. Son fils Jason, un surdoué est obsédé par deux questions : qui a créé cette membrane ? Et dans quel but ? Poussé par l’ambition de son père il va diriger Périhélie et rechercher la vérité.

Je quitte une fois de plus le space-opera mais quel bonheur ! Je n’ai pas le souvenir d’avoir lu quelque chose de semblable. Je trouve l’idée de départ très originale et la construction du roman intéressante.
Robert Charles Wilson utilise deux fils narratifs sur deux temporalités différentes mais convergentes. Dans le premier fil, le spin est installé depuis longtemps sur Terre, a évolué et les hommes ont développé des pistes de solution avec plus ou moins de réussite. Le second débute le jour de l’apparition du spin et le lecteur suit l’histoire des trois enfants et de la création de la fondation Périhélie. La fin de ce fil narratif amène au début du premier fil.
Vous pouvez donc lire Spin de deux façons. Du début jusqu’à la fin, de manière traditionnelle. Ou, pour avoir une histoire linéaire et chronologique, en commençant par le deuxième chapitre et en continuant avec ce fil narratif puis en revenant au premier chapitre et en suivant l’autre fil narratif. Ce qui m’amène à répondre à la question de Ferocias « Peut-on commencer un livre par le milieu ? ». Oui, on peut lire Spin dans un désordre ordonné…. Par contre il serait dommage de procéder de cette façon. La construction sert bien l’histoire : l’écoulement du temps différent entre la Terre et le reste de l’Univers induit un décalage temporel que l’on retrouve parfaitement dans la manière de raconter cette histoire.

Bref un roman à conseiller.

Un petit aparté sur ce roman et une erreur qui s’y est glissée. Vient-elle de l’auteur, du traducteur, de l’éditeur ou de l’imprimeur ? Je ne sais pas, et je ne pense pas qu’il est important de connaître le responsable.
L’erreur  se situe page 484 et 485. Voici l’extrait incriminé :
Les étoiles.
«  Vous voyez ? a dit Fulton. Différentes. Je ne retrouve pas les anciennes constellations. Tout a l’air comme… éparpillé. »
Quelques milliards d’années avaient cet effet. Tout vieillit, même le ciel : tout tend vers le maximum d’entropie, de désordre, d’aléatoire. Au cours des trois derniers milliards d’années, la galaxie dans laquelle nous vivons avait été torturée à grande échelle par une violence invisible, avait brassé son contenu avec celui d’une galaxie satellite plus petite (M41 dans les anciens catalogues) jusqu’à ce que les étoiles se retrouvent réparties dans le ciel comme une étendue sans signification. C’était comme regarder la main brutale du temps.

M41 n’est pas et n’a jamais été une galaxie satellite de la notre. C’est un amas ouvert qui se situe dans notre galaxie à une distance d’environ 2 300 années lumière. Les étoiles de cet amas sont réparties dans un volume de 25 à 26 années-lumière de diamètre et s’éloignent toutes de nous à 34 km/sec (source : le catalogue de Messier par l’observatoire de Paris).

Il existe bien une galaxie qui se rapproche de la notre : M31 la grande galaxie d’Andromède. C’est notre plus proche voisine et elle se situe à une distance approximative de 2,4 à 2,9 millions d’années lumière. Elle se rapproche de notre galaxie à environ 100 km/s. Avec une taille d’environ  250 000 années lumière elle est deux fois plus grande que la Voie Lactée, notre galaxie, même si elle est moins massive : 1,23 trillion de masse solaire, notre galaxie a 1,9 trillion de masses solaire. (Source : l’observatoire de Paris). M31 devrait rencontrer notre galaxie, peut être la percuter et fusionner en une seule et grande galaxie. Cela devrait certainement changer l’aspect de notre ciel, la position des étoiles.
S’il s’agit bien de M31, deux erreurs subsistent : M31 n’est pas une galaxie satellite de la notre (elle fait partie de notre groupe local de galaxies) et elle est plus grande que la notre.

Avis de Monsieur Lhisbei

Spin a remporté le prix Hugo en 2006 et le Grand Prix de l’Imaginaire en 2008.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 commentaires sur “Spin – Robert Charles Wilson

  • Julien Naufragés

    Je suis devenu fan de l’auteur notament au travers de ce livre. J’adore son style d’écriture et sa manière humaine de traiter les sujets en y ajoutant un sens du vertige. Bref, c’est du bonheur. Pour l’erreur remarquée, n’y connaissant rien en astronomie ça m’est passé au-dessus de la tête… Mais je me sens moins bête aujourd’hui avec toi!

  • Mr Lhisbei

    @ Lystiq il ne faut pas hésiter, mais foncer et le lire.
    @ Efelle l’astronomie, c’est mon DaDa…
    @ Gromovar merci, mais il faut aussi remercier Lhisbei pour ses corrections.
    @ Julien Naufragés, l’erreur n’est pas importante et ne retire rien à la qualité du roman. Mais je pense qu’il fallait la signaler, surtout pour ceux qui ne connaisse pas bien l’astronomie[Papy]

  • JainaXF

    J’ai lu ce livre deux fois, je l’ai vraiment beaucoup aimé ! Autant, je n’avais pas été tout à fait convaincu par Darwinia (concept de départ originale, mais histoire moyenne), autant ce livre a une intrigue prenante en plus d’avoir le concept original du Spin ! Un livre à conseiller à tous les amateurs de SF !

  • Pitivier

    Un roman sublime. J’aime beaucoup ce que faite RC WIlson. Une de mes meilleurs lectures de 2010 avec Terreur de Dan Simmons.

  • M Lhisbei

    @ Guillaume 44 pour ma part c’était une première avec R.C Wilson et je pense continuer. J’espère ne pas tomber sur les irrégularités.
    @ JainaXF je suis tout à fait d’accord avec toi un roman avec une bonne intrigue et un concept original.
    @ Pitivier pour moi aussi une bonne lecture 2010 j’espère découvrir la suite en 2011

  • NicK

    Mr. Lishbei pinaille fortement ! :p Il est dans ma LAL (liste à lire) depuis sa sortie, mais c’est ENCORE un ENORME pavé ! J’attends la critique d’Axis. (^_^)°

  • Chicxulub

    « [L’erreur] Vient-elle de l’auteur, du traducteur, de l’éditeur ou de l’imprimeur ? »
    Il existe une autre solution : elle vient du narrateur. Après tout, le Dr Dupree n’est pas aussi calé en astronomie que M. Lhisbei.

  • Lhisbei

    @ Chicxulub : je vais être polie avant d’être désagréable. Tout d’abord bienvenue par ici Chicxulub. ça c’était la facette civilisée. La facette barbare maintenant : les fausses adresses mail (@pasdemail) j’apprécie moyen. ça ou « anonyme » c’est pareil. C’est mal élevé, et désagréable (j’aime bien savoir « à qui je parle » avec toutes les limites et les illusions que cela implique sur le net) et ça pue le troll à 15 km (ce qui ne veut pas dire que je considères que tu es un troll Chicxulub – en plus j’aime bien les trolls, certains sont sympas – mais je me méfie). D’autant plus que l’adresse mail n’apparait pas sur le blog, que le RSFBlog ne spamme personne alors ça ne coute pas grand chose de commenter avec une adresse mail valide qui permet de se contacter en off pour éviter que ça dégénère si jamais ça doit dégénérer. Et ça évite aussi ce genre de commentaire acrimonieux susceptible de faire naitre une polémique inutile et stérile polluant le fil de commentaire de ce billet (et qui me fait passer pour la chiante de service mais ça j’assume – mon côté troll probablement[])

  • Fabien

    Un peu comme…
    Effectivement Spin est génial. Ce n’est pas pour rien que c’est le best-seller des éditions Lune d’encre. Je trouve la structure en canon intéressante, mais parfois un peu dure. Surtout parce qu’on a pas toutes les infos pour la partie dans le futur (obligatoirement, puisqu’il faut avoir lu le fil narratif passé pour ça) et donc on est souvent dans le flou. La même structure (appelons ça un duo) était mieux gérée dans Les Dépossédés, d’U.K.LeGuin. (qui est aussi mon roman préféré, certes.)

  • BiblioMan(u)

    Je pense que plein de personnes ont déjà mis le doigt où je trouve ce livre là de Wilson incroyable. J’ai même réussi à le faire lire à des gens n’aimant pas la SF. Wilson prend soin de ses personnages, les peaufine, les fait vivre et nous restitue tout ceci avec brio. Ce qui n’était pas toujours le cas dans ses précédents. Je n’ai pas encore lu Axis, j’attends la fin du cycle pour tout relire et quelque chose me dit que je vais me régaler.[]

  • Ange Pozzo di Borgo

    Que dire si ce n’est que cette trilogie est un chef-d’oeuvre ? Style fluide, poétique, capable de développer des personnages dans toutes leurs nuances… Et surtout une vulgarisation scientifique qui met la barre très haut. J’ai directement acheté la compilation des 3 romans, que je dévore en ce moment.
    Chapeau pour la découverte de l’erreur, il fallait être expert…