Seul sur Mars – Ridley Scott 7


seul sur marsSeul sur Mars

Réalisé par Ridley Scott

Avec Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig, Jeff Daniels, Sean Bean

Synopsis
Lors d’une expédition sur Mars, l’astronaute Mark Watney est laissé pour mort par ses coéquipiers, une tempête les ayant obligés à décoller en urgence. Mais Mark a survécu et il est désormais seul, sans moyen de repartir, sur une planète hostile. Il va devoir faire appel à son intelligence et son ingéniosité pour tenter de survivre et trouver un moyen de contacter la Terre. A 225 millions de kilomètres, la NASA et des scientifiques du monde entier travaillent sans relâche pour le sauver, pendant que ses coéquipiers tentent d’organiser une mission pour le récupérer au péril de leurs vies.

Mon avis
Oui, mais non ? Ou non, mais oui ?

Oui aux images époustouflantes de la planète (c’est tourné sur Terre, vous êtes sûrs ?) et de l’espace.
Oui à la positive attitude. Tous les problèmes peuvent être analysés et résolus dans une démarche scientifique. Et oui à la solidarité et à l’esprit d’équipe (même si le côté « on abandonne pas un américain » est un poil lourd par moment).
Oui au jeu des acteurs (même si, pour la psychologie des personnages, on repassera). Oui à Matt Damon (et pas que pour ses pectoraux, son petit sourire en coin ou ses yeux, mais un peu quand même).
Oui aux clins d’oeil geeks et aux références parsemées ici et là (un conseil Elrond, « In your face Neil Amstrong »).
Oui à l’humour présent et oui à la voix off qui n’alourdit pas le film.
Oui à l’envie que ce film déclenche (on signe où pour aller sur Mars ?).
Oui à l’utilisation du disco et oui à la musique en général qui soutient le film sans se montrer trop envahissante (et certains moments de silence devant des paysages martiens valent de l’or)
Oui à l’image assez ambivalente de la NASA et ses méthodes parfois discutables (directeur de la NASA ? Un job dont je ne voudrais pas). Elle a collaboré au film et je m’attendais à ce qu’elle soit présentée sous un jour beaucoup plus flatteur. Faut-il y voir un message à destination des Américains et des sénateurs qui lui votent son budget ?

Mais non.
Il y a d’abord eu la bande-annonce au ciné. M. Lhisbei grommelle. Cette tempête n’est absolument pas crédible. Le postulat de base est scientifiquement faux. Pour un film qui se veut réaliste sur le plan scientifique, nous sommes mal barrés. Alors quand Matt Damon balance qu’il va devoir « en chier de la science » pour survivre, allez savoir si ce qui sort de son cerveau McGyver scientifique est réaliste, vraisemblable ou totalement débile… Il faut donc une bonne dose de suspension d’incrédulité dès le départ. Puis lire quelques articles pour remettre la science du film en perspective : Science et Avenir, Science et Vie, Télérama, Le Monde, le Huffington Post… Et espérer que Roland Lehoucq décortique Seul sur Mars dans un prochain Bifrost.
Et puis, cette bande annonce, elle spoile. Vraiment. Les scènes clés. Sauf la toute dernière (Iron Man ? WTF ?). Et le film se montre un tantinet prévisible (problème, solution, nouveau problème, nouvelle solution).
Le suspens n’existe pas vraiment (peut-on craindre une seconde l’absence de happy end ?) mais la réalisation parvient quand même à mettre le spectateur sous tension.

Alors oui ou non ? OUI. Parce que tous ces défauts paraissent, en définitive, bien peu important quand on est seul sur Mars. Et ce soir là, nous étions 300 à être seuls sur Mars.


La bande annonce n’avait pas que des mauvais côtés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “Seul sur Mars – Ridley Scott