Les Gardiens de la Galaxie – James Gunn 12


Les Gardiens de la Galaxie

Réalisé par James Gunn

Avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Bradley Cooper, Vin Diesel, Lee Pace, Michael Rooker, Karen Gillan, Djimon Hounsou, John C. Reilly, Glenn Close, Benicio Del Toro, Josh Brolin.

Synopsis
Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être …

Mon avis
Généralement je traîne les pieds quand il s’agit d’aller voir des blockbusters de super-héros. Combien de Marvel sont adaptés au ciné par an ? Je n’en sais rien, mais je crois que je les ai tous vus ou presque (les derniers Spiderman sont passés à la trappe). Combien de comics ai-je lu dans ma vie ? Zéro. Ce qui réduit ma capacité à balancer, sur ce blog, des trucs intéressants sur les adaptations des comics au cinéma à … zéro. Ma motivation à écrire des billets sur ces adaptations avoisine elle aussi ce niveau là. Pourtant l’envie de parler de ces Gardiens de la Galaxie me titille vraiment. Parce que ce feel good movie, quelques jours après l’avoir vu, continue à faire son office. I feel good comme dirait tonton James. Et je partage un peu de ce bien-être :


Marvin Gaye & Tammi Terrell – Ain’t No Mountain High Enough

Vous l’avez compris, la musique, entraînante, est hyper importante dans ce film. Elle ne l’accompagne pas. Elle le façonne, comme elle a façonné Quill/Star-Lord. Star Wars Identities travaillait sur la construction de l’identité (origines/influences/choix). Dans les Gardiens de la Galaxie, on est à nouveau en plein dans ce processus de construction d’une identité, rythmé par les chansons d’une cassette, seul souvenir de enfance terrienne de Quill. Tu m’objecteras, cher visiteur, que tous les Marvel (et tous les DC Comics) travaillent sur la constitution de l’identité du super-héros (comment Peter Parker devient Spiderman …) mais, là, le ton humoristique et léger du film, et son décalage, rend ce thème encore plus présent à l’écran. On y trouve, en plus de la construction du personnage de Quill, la constitution d’une équipe hautement improbable. Séparément chaque personnage est une tête à claques. Rocket est un chasseur de prime obsédé par l’argent. Gamora n’a rien de la jeune fille en fleur qu’on attend d’une princesse. Drax le Destructeur reste une brute épaisse, assoiffée de vengeance. Je ne parle même pas de Peter Quill qui se la joue Star-Lord-je-me-la-pète-jusqu-à-l’arrivée-des-emmerdes-faut-que-je-me-tire-d’ici-et-vite. En groupe, ils transcendent leur défaut, bien aidés par un Groot au vocabulaire limité mais au coeur infini. Rien de transcendant me direz-vous. Oui, mais avec une variation. Ici l’alchimie prend mieux et plus vite que dans Avengers pour commencer. Et avec une différence de taille : dans Avengers, chaque super-héros, seul, existe en tant que super-heros alors qu’un des Gardiens, seul, n’est jamais que lui-même et ne sauvera pas la Galaxie.

Tout cela peut sembler bien sérieux. En réalité, il s’agit du Marvel le moins sérieux qu’il m’ait été donné de voir au ciné. L’un des plus drôles aussi (avec Iron-Man). Les dialogues font souvent mouche, le second degré fonctionne bien et fait passer les facilités du scénario avec un petit « Oups on déconne en fait ». Du coup, impossible de tenir grief de quoi que ce soit à ce film. On pardonne tout, des invraisemblances aux scènes « clichés », en passant par les blagues foirées, le raté de Glenn Close (elle méritait un rôle un peu plus consistant). Les Gardiens de la Galaxie réussit à donner l’impression de ne pas se prendre au sérieux et c’est rafraîchissant. Pour le reste, les effets spéciaux, les costumes sont à la hauteur du budget du film.

A final, Les Gardiens de la Galaxie est un film qui nous change des Marvel habituels et ça fait un bien fou.

On termine la dessus


Norman Greenbaum – Spirit In the Sky

(et sur ceci, cadeau parce que la mélodie de Spirit In the Sky me fait penser à celle-ci)


ZZ Top – La Grange

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 commentaires sur “Les Gardiens de la Galaxie – James Gunn