Les Uchronautes, Les temps assassins T2 – Pierre Léauté

Les Uchronautes
Les temps assassins T2

De Pierre Léauté

Mü éditions – 384 pages

Dans Rouge vertical, premier tome de la trilogie Les Temps assassins nous suivions les aventures échevelées de Charlotte Backson connue aussi sous le doux nom de Milady de Winter (celle de Dumas père), immortelle ayant intégré une société secrète d’immortels, Analekta (celle de Pierre Léauté). Changement de point de vue dans Les Uchronautes puisque nous suivons le destin de Darwen Longville, guerrier saxon du XIe siècle, lui aussi immortel. Il a connu la bataille d’Hastings aux côtés de Guillaume le Conquérant. C’est avant tout un guerrier capable de tuer sans remords pour un idéal. C’est aussi un ami fidèle et un homme capable d’altruisme, traumatisé par son incapacité à sauver son frère de la noyade quand il était encore enfant. Ses qualités font de lui un parfait Bellator, missionné pour « rectifier » les immortels qui défient Analekta ou enfreignent le Dogme, mais sa soif de justice constitue sa plus grande faiblesse. Là où Charlotte Backson recherchait la liberté (difficile pour une femme, encore plus pour une immortelle soumise aux lois du Dogme d’Analekta), Darwen est en quête de justice. Lorsque les agissements d’Analekta perdent sens pour lui et lui paraissent arbitraires, il bascule dans la rébellion. L’implacable Bellator devenu renégat, fonde l’Horloge et devient ainsi le plus grand ennemi d’Analekta. De l’an 1047 aux prémices de la seconde guerre mondiale, voici le destin grandiose et tragique de Darwen Longville.

Les Uchronautes ne constitue pas une suite directe à Rouge Vertical, mais une parallèle qui explore une période plus longue : avant, pendant et après le premier tome. Longville est né bien avant Backson, ce nous donne l’occasion de revivre des épisodes emblématiques de l’histoire européenne comme la terrible bataille de Hastings. Et le roman prolonge l’histoire de Charlotte (dont personne n’enviera le destin finalement). On y retrouve aussi des évènements vécus dans Rouge Vertical, mais perçus par d’autres personnages avec un rendu souvent très différent. Les deux personnages sont liés et lorsque Darwen croise Charlotte, son destin bascule. Avec Les Uchronautes, on en apprend plus sur l’Horloge, organisation qui s’oppose à Analekta dans une guerre totale. Comme dans le premier tome, on retrouve des complots, des tentatives de modifier l’histoire dans des fractales de temps différentes (mention spéciale pour le détournement du Hindenburgh en pleine cérémonie des Jeux olympiques de 1936 à Berlin), de multiples rebondissements avec un rythme moins effréné cependant, ce qui me convient mieux. La caractérisation et l’évolution des personnages se révèlent intéressantes. Darwen Longville, issu d’un monde révolu et plongé plus que brutalement dans la complexité des univers parallèles, reste en décalage tout au long du roman. Quant à Charlotte Backson, le lecteur pleure de la voir se consumer à petits feux. Il ne nous reste plus qu’à percer le mystère du Tricheur, Ehren Mason, qui fait aussi plusieurs apparitions dans ce tome sans que le lecteur ne décode ses motivations réelles (on dirait le Joker de Batman mâtiné d’Arsène Lupin).

— Un Bellator n’est pas un tueur, c’est un exécuteur. Si vous ne distinguez pas la différence, Analekta vous modifiera à votre tour. Nous ne sommes pas au-dessus du Dogme, nous l’appliquons dans toute sa rigueur. Nulle place pour le pardon, la pitié ou la vengeance, endurcissez-vous le cœur.

Je signe pour la lecture du troisième tome.

Challenge ABC littérature de l’Imaginaire 2019
Lettre L

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Les Uchronautes, Les temps assassins T2 – Pierre Léauté”