Exposition Tolkien Voyage en Terre du Milieu – BnF

Fin novembre se tenaient les 16emes Rencontres de l’Imaginaire de Sèvres. Nous y étions (billet à venir une fois le tri des photos réalisé et, comme d’habitude, je suis en retard) et nous avons profité de ce week-end parisien pour visiter l’exposition Tolkien à la Bibliothèque Nationale de France François Mitterand (la BnF, quoi). Nous avons donc visité l’exposition le dimanche, jour de grande affluence. Pour prendre la foule de court, nous étions présents (sous la pluie et par 5°, mais nous avions nos bonnets en bons touristes du Nord) devant les portes de la bibliothèque 15 minutes avant l’ouverture (soit à 9h45). A cette heure-là, nous étions une dizaine à faire la file (pas très matinaux les parisiens ?). A l’ouverture la file avait quadruplé de taille. Et quand nous sommes sortis de l’expo vers 13h, la foule était canalisée par des barrières jusqu’à l’entrée sur le parvis du cinéma MK2. La vie appartient à ceux qui se lèvent tôt, dit-on. Sur ce coup là, rien de plus vrai.

L’exposition

L’exposition Tolkien présente 300 pièces : des pages manuscrites du Hobbit et du Seigneur des Anneaux (mais aussi des faux manuscrits des peuples des Nains), des dessins, illustrations et aquarelles réalisées par Tolkien et beaucoup de notes de travail :  des notes sur la grammaire et le lexique des langues elfiques, des listes de noms pour ses personnages et même des cartes topographiques (et donc d’une précision redoutable, surtout pour un monde qui n’existe pas) inventées par J.R.R.Tolkien. Mais l’exposition ne rend pas seulement hommage à l’écrivain. Elle en brosse un portrait complet : vie de famille, impact de la guerre et carrière universitaire avec des photographies. Las scénographie est impressionnante et fait appels aussi à des documents sonores et vidéos comme « L’adieu à la Lórien » chant de la Dame Galadriel lu par l’auteur et extraits de l’interview accordée à la BBC. Tolkien travaillait sur des manuscrits médiévaux et des textes en vieil anglais, vieux norrois, gallois et finnois (rien que ça) qu’on peut retrouver aussi présentés. L’exposition veille aussi à replacer Tolkien dans son époque et présente des oeuvres marquantes de son époque comme des peintures de Sir Edward Burne-Jones, des illustrations de Gustave Doré… Des gravures, des peintures, des enluminures et des armes médiévales en provenance de tous pays viennent répondre à la créativité de Tolkien. On trouve aussi quatre des monumentales tapisseries d’Aubusson, tissées d’après les aquarelles de Tolkien et beaucoup de livres – des contes, mais aussi du Shekespeare, du Dante Alighieri et d’illustrations de Arthur Rackham, Edmund Dulac…

Après une frise du temps, l’exposition se scinde en deux parties. La première propose un voyage en Terre du Milieu au travers de plusieurs salles  : la (ou le) Comté, les terres elfiques, les royaumes des nains, les forêts, le Rohan, le Gondor, Isengard, le Mordor mais, aussi au delà, Valinor. La seconde partie, baptisée Retour à Oxford, se concentre sur sa vie de famille, des relations au sein des Inklings, sur sa carrière de professeur et celle d’écrivain (sachant qu’à ses début, il est perçu comme un auteur pour enfants)

L’exposition n’a qu’un seul défaut : les photos y sont interdites. Mais vu l’affluence dans les salles, M. Lhisbei aurait bien eu du mal à en faire de bonne qualité. La frustration s’est donc vite évaporée surtout au vu des trésors présentés dans les différentes salles. Nous avons donc ouverts de grands yeux, admiré les oeuvres et sorti un carnet et un crayon pour prendre des notes. Et quelques recherches plus tard, voici quelques items présentés dans l’exposition :

Quelques oeuvres

Par Tolkien lui-même

Beleg découvre Flinding à Taur-na-Fúin (« Forêt de Fangorn ») [1928]
Oxford, Bodleian Library, MS. Tolkien Drawings 89, fol. 14

Orthanc [1942] Oxford, Bodleian Library, MS. Tolkien Drawings 98, fol. 1

Ce qui suit n’est pas de Tolkien (mais vous aviez deviné)

Edward Burne-Jones : Princess Sabra

Apparition de saint George sur le mont des Oliviers Illustration dans Histoire des croisades, Michaud, 1877 Gustave Doré

Un extrait d’un documentaire de la BBC, Tolkien in Oxford :

Les langues ont pour moi une saveur. Je n’ai jamais compris que les gens disent « c’est terriblement ennuyeux ». Parce qu’un nouveau langage c’est comme goûter un nouveau vin ou une nouvelle sucrerie

D’ailleurs connaissez-vous cette salutation elfique  ? Allen Sila Lumen Omenti Elvo qui signifie Une étoile brille sur notre rencontre.

J’ai quand même réussi à gratter une photo avec le smartphone : Les portes de Durin ou portes de la Moria

Les Portes de Durin ou Porte de la Moria, Encre bleue, crayon, (1953)

Tolkien, voyage en Terre du Milieu, à la BnF du 22 octobre 2019 au 16 février 2020.

Les compte-rendus de visite de Vert et Xapur

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Lorhkan dit :

    Le catalogue de l’expo devrait être dans une certaine hotte qui va débouler dans quelques jours… 😉 C’est moins bien qu’en vrai mais c’est déjà pas mal.
    En tout cas, les avis sont vraiment hyper positifs sur cette expo. L’imaginaire montre une nouvelle fois que c’est une genre totalement passé dans les moeurs, n’en déplaisent aux « élites ». 😉

    • Lhisbei dit :

      Il est énorme ce catalogue. On l’a regardé à la librairie, mais trop lourd. Le Père Noël va se manger un mal de dos carabiné grâce à toi :p
      L’expo était blindée, mais ça restait vivable (sauf les sirènes stridentes de vitrines sensibles…). C’était hyper intéressant (et je dis ça alors que je ne suis pas une grande fan de Tolkien). On y a passé 3h sans voir le temps passer…

  2. Vert dit :

    Une très belle expo, je dois encore y retourner avec Monsieur (ce qui fera ma 3e visite) et ça me convient parfaitement ^^

  3. Alys dit :

    Super expo, en effet. J’ai hâte d’y aller dans le calme. Au rythme auquel vont les choses, ce sera deux jours avant la fermeture et ce ne sera pas calme du tout, mais bon. Ravie de voir Tolkien recevoir toute l’attention qu’il mérite.

  4. shaya dit :

    Expo superbe, j’avais prévu d’avoir le catalogue sous le sapin, mais finalement ça sera pour un peu plus tard !

  5. Elhyandra dit :

    J’y vais samedi, j’espère que les grèves vont nous permettre d’y aller tout de même

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.