Les Aigles du Mississippi, L’Ange et le Faucon T1 – Cyriane Delanghe 5


les aigles du mississipiLes Aigles du Mississippi
L’Ange et le Faucon T1

De Cyriane Delanghe

Voy’el – 160 pages en epub

En 1815, Napoléon Ier abdique pour la seconde fois et prend la route pour Rochefort dans l’intention de rejoindre les États-Unis. Le 8 juillet, il embarque pour l’île d’Aix. Les Anglais interceptent le navire. Napoléon est contraint de se rendre. Les Anglais décident de le déporter à Sainte-Hélène. Napoléon y décède le 5 mai 1821.

Dans l’uchronie proposée par Cyriane Delanghe, le cours de l’histoire diverge le 8 juillet en 1815. A Rochefort, Ange Guérin, un créole dotés de pouvoirs de divination hérités de sa grand-mère Euphémia, quimboiseuse qui prédit jadis à Joséphine de Beauharnais qu’elle serait plus que reine, permet à Napoléon de déjouer les ruses des Anglais et de rejoindre le Nouveau Monde. Une fois sur place, Napoléon tente de rallier des troupes à sa cause pendant que Ange se débat avec un héritage dont il ne veut pas. Métis martiniquais, il tente de nier son don. Mais un don ne peut se refuser. Surtout quand deux puissants sorciers, Iago Salazar et sa soeur Alvarita, ont été missionnés pour mettre en échec l’empereur. Au delà des destins individuels de Napoléon et de Ange oeuvrent d’anciennes puissances en guerre. Ange lutte aussi pour s’accepter. Attiré par les hommes, métis, il est rejeté par tous et peine à s’accepter. Sa rencontre avec le Faucon, Chayton, un Sioux va peut-être tout changer.

Les Aigles du Mississippi est un court roman militant pour la tolérance face à la différence quelle soit de couleur de peau, culturelle ou sexuelle et cela se sent au travers d’envolées lyriques bien senties, mais qui constituent parfois des digressions préjudiciables au rythme du récit. Cependant, il ne se limite pas à son militantisme. En plus de la romance interculturelle homme/homme, on y trouve aussi de la magie (antillaise ou indienne avec ses wendigos), du folklore et une histoire contrefaite vraisemblable, ce qui implique un mélange – ici réussi – entre fiction et faits historiques avérés, personnages imaginaires et personnalités ayant existé. Le tout dans un roman d’aventure et d’initiation puisqu’on y voit le jeune Ange fortement évoluer. Le réduire à sa seule dimension romance M/M serait  donc une erreur… D’autant qu’on sent que Cyriane Delanghe, pseudonyme de Corinne Guitteaud, a bien travaillé sa documentation pour fournir un univers solide et cohérent (avec des notes de fin d’ouvrages intéressantes). Autre point positif nous n’avons pas affaire à une uchronie napoléonienne nostalgique de la figure du Grand Empereur puisque le personnage de Napoléon est éclairé sous des jours différents. Comme il s’agit du premier tome d’une série, les intrigues principales et secondaires ne trouvent pas leur résolution sur la fin. Il faudra donc attendre la ou les suite(s) et juger la série dans son ensemble. Côté objet, l’epub est de bonne facture et Sabrina Tobal a réalisé une très belle illustration de couverture.

Sur Ange :

Ange avait toujours mal vécu ses origines qui lui coûtait de n’être ni apprécié par les esclaves, ni reconnu par les Blancs. Il en avait longtemps voulu à son père pour sa folie d’avoir affranchi sa mère afin de l’épouser, au mépris du courroux de sa propre famille qui s’était détournée de lui. Constant Guérin avait dû vivre de son petit négoce qui ne lui avait jamais rapporté grand-chose et avait fini par se tuer à la tâche. Uranie, sa femme, avait effectué de menus travaux dans les demeures bourgeoises de l’île, comme couturière principalement. Ils avaient assuré un avenir à leur fils qui avait pu apprendre à lire et à compter, mais aussi à parler anglais en travaillant pour un client de Constant. Ange avait toujours trouvé son île trop étroite, il y étouffait, il sentait qu’il n’aurait aucun avenir en Martinique. Cependant, les moyens lui manquaient pour envisager autre chose que de suivre les traces de son père.

Sur Iago

— Je n’ai rien à te dire, à part ceci : tu sers un mauvais maître.
— Et quel est le tien ?
— Je n’en ai pas, réagit Iago en dressant fièrement le menton pour défier le jeune Guérin. Je sers une cause, pas un homme. Je lutte contre les tyrans comme Bonaparte. Comment peux-tu te battre à ses côtés, après ce qu’il a fait à ton peuple ?
— De quoi parles-tu ?
— L’esclavage avait été aboli ! Tes ancêtres étaient libres !, assena Iago avec une fougue qui déstabilisa le jeune Guérin. Pourtant, en 1802, le Corse a rétabli cette injustice dans le seul but d’imposer l’ordre sur les îles antillaises, ajouta-t-il en tapant sa paume de son poing. Il a condamné des centaines d’esclaves à servir des maîtres blancs qui pouvaient de nouveau les battre et les exploiter comme cela leur chantait. Il a aussi chassé les officiers de couleurs de son armée ! C’est cet homme-là, que tu sers ! Et la Beauharnais a soufflé à son oreille la plupart de ses idées iniques ! Comment a-t-on pu te lancer sur les traces du Corse sans rien te dire de ce qu’il pense vraiment des gens de ton espèce ?

logo diversité petitItem 13 : auteur issu ou militant pour la communauté LGBTQIA
PRIX UCHRONIE 2015Lu pour le Prix ActuSF de l’Uchronie 2016
logo S4F3s2 miniLu pour S4F3s2

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Les Aigles du Mississippi, L’Ange et le Faucon T1 – Cyriane Delanghe