Hors-Série 2018 – Une Heure-Lumière

Hors-Série 2018 – Une Heure-Lumière
Le Bélial’ – 96 pages

Dans le cadre d’une opération de promotion de la collection Une Heure-Lumière, les éditions du Bélial offraient un exemplaire de cet hors-série pour l’achat de deux livres neufs de la collection. Conçu sur le même modèle que les autres livres de la collection, ce goodie offre bien plus qu’un dépliant publicitaire.

Sous une couverture (superbe, comme d’habitude avec cette collection) d’Aurélien Police, il abrite le catalogue détaillé de la collection (16 titres déjà parus). Chaque titre a droit à sa présentation avec la reproduction en noir et blanc de sa couverture accompagnée d’un petit blurb de critique. En fin de catalogue figure aussi la liste des prochaines parutions (dont Robert Heinlein, Nancy Kress et Christian Léourier font partie). Rien de très original ou novateur, jusqu’ici.

Le véritable intérêt de ce hors-série réside dans les bonus qu’il propose au nombre de trois. Outre la préface d’Olivier Girard, déclaration d’amour envers la forme courte et plus particulièrement la novella (qui n’est en réalité ni une nouvelle étirée, ni un roman condensé), on trouve une belle interview d’Aurélien Police par Erwann Perchoc. L’on y explore l’identité visuelle de la collection et le processus de conception (assez intuitif au final) des couvertures par l’artiste. Le troisième bonus, est la nouvelle « Sept Anniversaires » de Ken Liu et traduite par Pierre-Paul Durastanti (une trentaine de pages : on est bien dans un format « nouvelle » ici). Le lecteur suit Mia tout au long de sa vie au travers de sept anniversaires, sur une très longue période (un petit jeu sur le chiffre 7). Premier mouvement, Mia a 7 ans et attend, avec son père, que sa mère les rejoigne. Cette dernière parcourt le monde pour tenter de trouver des solutions techniques à l’effondrement qui s’annonce à cause du réchauffement planétaire. Corollaire, sa famille se délite. Deuxième mouvement, Mia a 49 ans. Elle aussi cherche des solutions techniques pour sauver l’humanité et peut-être aussi sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Je n’irai pas plus loin, mais sachez que l’histoire de Mia illustre l’histoire de la transformation de l’humanité, des développements sociaux et technologiques qui lui permettent de dépasser sa condition. Les post-humains qui ont essaimé dans la galaxie gardent des préoccupations bien humaines : la famille, l’amour et une forme de respect du monde mère et des espèces qu’il abrite ou a abrité.

Il y a toujours une solution technique

Une très belle nouvelle, alliant maîtrise narrative et construction vertigineuse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Hors-Série 2018 – Une Heure-Lumière”