Appel à textes « Réseaux sociaux et numériques dans le futur »

plumeLes éditions Arkuiris lancent un appel à textes sur le thème « Réseaux sociaux et numériques dans le futur. Communiquer demain et ailleurs (ou pas) » pour une anthologie de nouvelles SF dirigée par Bruno Pochesci. Le RSF Blog relaie cet appel à textes. Pour toute question, merci de contacter les éditions Arkuiris. Fondée en 2003, cette maison d’édition publie des essais et des fictions dans trois grands domaines : l’Asie du Sud-Est, l’environnement et les questions en écho avec les enjeux de sociétés.

Ils sont omniprésents. Pratiquement incontournables et désormais familiers. Limite prosaïques, bien que maintenant quelque aura dickienne.
Instruments de contrôle collectif ou vecteurs d’émancipation individuelle, suivant ce qui arrange ou rassure l’usager.
Si vous lisez ces quelques lignes, il y a de fortes chances (pour user d’un euphémisme) que vous le deviez aux réseaux sociaux. Les moins de vingt ans ont toujours baigné dedans, les Z ont grandi avec, les X et Y se sont vite adaptés et même le gros des OK boomers n’est plus à la traîne. D’une interface l’autre, ils vous ont permis de trouver le partenaire d’une nuit, ou d’une vie ; le job d’un jour, plutôt qu’une succursale d’ultime demeure (les profils de personnes décédées, qu’ils soient en friche virtuelle ou marbrifiés façon « en mémoire de », ne cessent de croître en nombre) ; et bien sûr, d’échanger avec des quidams, ou faire des rencontres ayant successivement trouvé ancrage dans la vie réelle. Les éviter, y aller de sa furtivité, relève-t-il d’une forme de résistance, ou de snobisme numérique ?
L’inversion du cauchemar warholien (que chaque individu ait droit demain à un quart d’heure d’anonymat) passe par l’utopie, la dystopie, ou les deux mon capitaine ? Un confinement sur Rigel IX vous paraîtrait-il moins pénible, si vous faisiez l’apérizoom avec quelque ancêtre ou descendant lointain, un trou noir facétieux ayant pris en charge quelque distorsion temporelle dans votre système de transmission interstellaire ?
A vous d’imaginer, de trouver des solutions, de nous émerveiller scientifiquement et fantastiquement parlant. Que vous soyez des orwelliens chevronnés ou des keupons solaires, le défi est le même pour tous : communiquer, ou pas !

La réponse à cet appel doit se faire sur la base d’une exclusivité de soumission (le texte ne doit pas être proposé ailleurs avant une réponse de l’anthologiste).
Les textes peuvent avoir déjà été publiés si l’auteur.e a conservé ses droits.
La priorité sera cependant accordée aux nouvelles inédites.

Longueur maximale des textes : 40.000 signes (espaces compris), pas de minimum.

Les auteur.e.s des nouvelles retenues recevront un exemplaire gratuit de l’anthologie (avec possibilité d’en acquérir d’autres à tarif réduit) et conserveront leurs droits sur leur texte et ses éventuelles adaptations.

Les nouvelles sont à envoyer à en simultanée (via le même email) à :
Bruno Pochesci, l’anthologiste, et à Yann Quero, le directeur de la collection des anthologies, aux deux adresses suivantes:
vecteursbis@yahoo.fr
appelsarkuiris@gmail.com

Date limite de soumission : dimanche 18 avril 2021 (23h59, heure française).

Normes de présentation des fichiers sous format .doc ou .docx
Nom du fichier : nom de l’auteur-titre de l’appel
Mise en page la plus simple possible.

Plus d’informations sur les normes et les modalités d’envoi sur cette page.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.