Arachnae – Charlotte Bousquet 7


Arachnae

de Charlotte Bousquet

Mnémos – 320 pages

De Charlotte Bousquet je ne connaissais que sa nouvelle Les Métamorphoses d’une martyre (dans l’anthologie 69) et son travail d’anthologiste et d’éditrice engagée avec L (que je vous recommande encore une fois). Voici donc que je m’attaque à Arachnae, son roman paru en 2009 chez Mnémos. Il a longtemps traîné dans ma PAL (il faut avouer que j’ai une phobie des araignées alors avec son titre…) mais il n’est pas trop tard pour le lire puisque sort ce mois-ci son deuxième roman, Cytheriae situé dans le même univers de dark fantasy aux accents de renaissance italienne.

Bienvenue à Arachnae, capitale de la principauté éponyme située dans l’Archipel des Numinées. Votre guide pour cette visite sera Théodora, un personnage ambivalent. Bretteuse de talent, tueuse implacable, froide et distante, elle est promise à un destin qu’elle refuse d’affronter, qu’elle préfère fuir en se perdant dans le jeu, le sexe et l’alcool. Elle a l’art de tomber amoureuse très facilement mais reste incapable de tenir une relation stable, au grand dam de ses conquêtes, masculines ou féminines. La ville d’Arachnae a, elle aussi, plusieurs visages. Sous le vernis d’une cité prospère gouvernée par le Prince Alessio, la boue se révèle vite. Elle stagne dans les rue sordides des bas-fonds, entre les tripots, la misère et les cadavres d’enfants mutilés retrouvés dans le Labyrinthe, le quartier le plus mal famé de la ville. Mais elle a aussi contaminé les hautes sphères. Orgies et vices sont monnaie courante chez les puissants. La cour bruisse de complots contre le Prince. Même les Moires, fidèles conseillères du pouvoir, servantes de la Déesse, veulent l’évincer car Arachnae a toujours été gouvernée par les femmes. Telle est la volonté de la Déesse… Théodora, chargée d’aider le capitaine Gracci dans son enquête sur les meurtres d’enfants, se retrouve engluée dans cette fantastique toile d’araignée…

La ville d’Arachnae constitue l’un des personnages les plus importants du roman mais reste très peu décrite, ce qui laisse travailler l’imagination du lecteur. Les scènes de sexes, de viols et de tortures, nombreuses et parfois insoutenables quand elles mettent en scène des enfants, sont, elles, précisément décrites. Malgré le ton froid et détaché, ces scènes provoquent des émotions fortes et dépeignent la nature humaine sous son jour le moins flatteur. Le Destin est omniprésent et pèse de tout son poids sur les personnages dont les choix sont fortement limités. Certains, tels des pions sur l’échiquier de la vie, seront sacrifiés sans états d’âme. L’écriture est fluide, la construction alterne les points de vue et donne du rythme au récit. De nombreuses références mythologiques ou littéraires émaillent le roman, donnent au lecteur des points de repère et enrichissent l’univers que nous offre Charlotte Bousquet. Le voyage en terre d’Arachnae ne laisse pas le lecteur indemne. Qu’en sera-t-il de la prochaine escale en Cytheriae ?

Un extrait :
Mais ce n’était pas un duel. Ce n’était plus un duel. Vengeance. Justice. Nécessité. Peu importait le nom. Il fallait simplement que ce soit fait.
Calmement, Théodora avança sur le monstre et saisit le bras encore tendu vers elle. Glissant aussitôt derrière lui, elle tordit sèchement son coude, le contraignant à mettre un genou à terre avant d’appuyer brutalement sur la jointure. Hurlant de douleur, sa proie se débattit, l’assaillant d’images atroces, s’efforçant de la noyer sous un flot continu d’émotions incontrôlées. Alors elle déroula le mince filin couvert de poudre de diamant enroulé autour de son poignet, le passa autour du cou du maître de Scarpia. Et serra.

Pour aller plus loin, voici le site et le blog de l’auteur et le blog de L’Archipel des Numinées. Consulter la bibliographie de l’auteur sur le Répertoire de la Science-Fiction.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “Arachnae – Charlotte Bousquet