Muséums – anthologie dirigée par Christophe Thill 12


Muséums

Anthologie dirigée par Christophe Thill

Malpertuis – 412 pages

Muséums est une anthologie comptant pas moins de 34 nouvelles de fantastique léger (rares sont les textes relevant de l’horreur sanglante). 34 nouvelles c’est beaucoup me direz-vous. Oui et non. Oui car évoquer la totalité des nouvelles ne sera pas possible dans ce billet. Non car elles sont, pour la majorité, courtes et que l’ensemble est finalement très homogène tant sur le ton que sur le traitement du thème.

Dans Muséums il est beaucoup questions de musées d’histoire naturelle ou de cabinets de curiosités, d’étudiants ou d’employés de musée, de collectionneurs fous ou d’explorateurs maudits. Quelques nouvelles cependant varient les points de vue ou le traitement. Ainsi le narrateur est un rat dans « Tourbe millénaire » de Loïc Lendemaine ou un cœlacanthe dans « Gombessa song » de Véronique Pingault. Dans « Musée-homme » de Robert Darvel et « Le sourire du Dodo » d’Olivier Caruso, l’homme est de l’autre côté de la vitrine d’exposition. L’ « Art nouveau » de Cédric Citharel relègue au rang d’antiquités poussiéreuses le contenu de tous les musées du monde. Bernard Léonetti convoque un tueur en série et Belzébuth (pas moins que ça) pour sa nouvelle « Le maître des curiosités ». Dans « Les rouages du destin » de Terry Montcalm, un automate du XIXème siècle intrigue trois veilleurs de nuit. Et Jean-François Seignol nous emmène dans un musée d’un monde lointain avec « Le musée des âmes ».

Du côté des textes à caractère insolite on trouve « Chroniques d’un cabinet de curiosités » d’Anne Goulard dans lequel le collectionneur recueille de bien étranges spécimens féeriques,  le bizarre « Musée des vapeurs » de Franck Ferric et un surprenant « Voleur » chez Emmanuelle Cart-Tanneur. A signaler aussi le texte de Blanche Saint-Roch, « Les malédictions croquées », qui se démarque des autres, et dont je ne vous dirai rien de plus (lisez-le).  « Hors de l’Eden » de Romain d’Huissier joue habilement sur l’histoire secrète et la vengeance personnelle. « L’éveil » d’Aurélie Ligier reprend et détourne des motifs des contes de fées.

Nico Bally, au détour d’une enquête à la Simenon, rend hommage à Béatrix Potter dans « L’affaire de l’épidémie dansante ». Les hommages discrets à Lovecraft sont aussi présents comme dans « L’objet K » de A Kowsky qui prend pour décor le muséum d’histoire et de sciences naturelles d’Arkham et dans « Le secret de Canaletto » de David Miserque où les Anciens réapparaissent au détour d’une toile mystérieuse.

Du côté des auteurs qui puisent leur inspiration dans la réalité, nous trouvons Jess Kaan qui offre au lecteur un texte tout en émotion sur le pillage du musée de Bagdad et Nelly Chadour qui, dans « Sarah », retrace le tragique destin de la Vénus noire.

Les auteurs puisent aussi dans la mythologie mettant leur personnage principal, un homme tout à fait normal, aux prises avec des divinités. « Reliques », la nouvelle de Pascal Sacré met en scène trois déesses d’Amérique du Sud, Tezcatlit, Tlatzolt et Camazotz, versions aztèques des trois singes de la sagesse. Une excellente idée de base malheureusement un peu desservie par la plume de l’auteur (notamment dans les dialogues qui manquent de naturel). « La lyre à trois cordes » de Julie Conseil, quant à elle, met en scène trois muses, Nété, Mésé et Hypaté, sous la forme d’enfants facétieuses.

La nouvelle qui ouvre le recueil « Guide du Muséum de Rascanges » de François Fierobe est l’une des plus réussies grâce à une pointe d’humour. C’est une bonne idée que de l’avoir choisie pour débuter la lecture. Au final Muséums est une anthologie dense et homogène avec de très bons textes, mais à laquelle il manque peut-être un texte phare, emblématique, une « locomotive ». Et pour l’objet livre en lui-même, accordons lui une mention spéciale pour la qualité de son papier et pour l’illustration qui orne la couverture, inquiétante à souhait.

Les nouvelles « La lyre à trois cordes » et « Reliques »  me permettent de faire entrer cette lecture dans le Défi lecture Antiquité et SFFF. Et la nouvelle « Le musée des âmes », qui nous emmène dans un musée d’un autre monde, me permet aussi d’apposer le logo du Summer Star Wars et de faire entrer une anthologie de nouvelles fantastiques dans un challenge SF (et pan ! un p’tit coup de pied au c** des étiquettes ! ) :

            

          Summer Star Wars                     Défi lecture Antiquité et SFFF


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 commentaires sur “Muséums – anthologie dirigée par Christophe Thill