L’Empire Électrique – Victor Fleury 7


L’Empire Électrique

De Victor Fleury

Bragelonne – 480 pages

L’Empire Électrique de Victor Fleury est un fix up de nouvelles uchroniques et steampunk, ou voltapunk selon l’auteur, puisque la révolution industrielle s’est produite autour de l’électricité plutôt que la vapeur. Napoléon Bonaparte n’a pas connu la défaite à Waterloo et son empire, prospère, s’est étendu. La science voltaïque électrique, dérivée des travaux du docteur Frankenstein, permet des avances majeures en médecine (allonger la vie et préserver la jeunesse même si le prix à payer reste élevé), dans les transports, dans l’armement, l’énergie etc. Lyon, devenue capitale de cet empire, accueille les locaux d’une police aussi zélée que contestable. Dans ce XIXeme siècle alternatif, le lecteur suit les aventures de personnages réels (Pierre Loti, Élisabeth Amélie Eugénie de Wittelsbach…) ou fictionnels empruntés, dans le plus grand respect (ou la plus grande irrévérence) de leur caractère initial, à Victor Hugo, Mary Shelley, Conan Doyle, Jules Verne, Gaston Leroux ou d’autres. Attendez-vous donc à croiser Gavroche, Cosette ou Étienne Lantier, la créature de Frankenstein, Sissi, Zorro, Tom Sawyer, Passepartout, Fu Manchu, Watson (mais non lié à Sherlock Holmes et à ses enquêtes), Mary Morstan, le docteur Moreau, le capitaine Nemo, Arsène Lupin, Ballmeyer, Van Helsing…

La première nouvelle, « Le Gambit du détective », met en scène Sherlock Holmes, prisonnier politique sorti du bagne de La Graciosa pour mener l’enquête sur la disparition des joyaux de la reine d’Écosse. Le retournement final est finement réalisé. Le deuxième texte, « Les Légataires de Prométhée » suit les tribulations du très honnête Marc Frankenstein, petit fils de Victor et héritier d’une partie des travaux de ce dernier. Victor Frankenstein a pris soin de détruire les archives les plus compromettantes et sa créature a semble-t-il totalement disparu. « Les Masques du bayou » nous emmène dans une Louisiane, neutre en pleine guerre de Sécession, alors que la révolte des esclaves gronde. On y croise un vieux Zorro, et un jeune Tom Sawyer dénué du moindre scrupule. Elle vire au fantastique quand Baron Samedi vient au secours des esclaves. Direction un autre bagne, en Australie celui-ci. Dans « Comment je me suis évadé du bagne ». Construite avec des flashbacks, elle revient sur les vies de Gavroche et Cosette, vieux révolutionnaires toujours amoureux, Passepartout, Fu Manchu. Particularité : le directeur de la prison est une intelligence artificielle voltaïque… Dans « Les Éventreurs », Watson, venu à Lyon pour briguer une chaire à l’université (dirigée par le professeur Van Helsing) et Arsène Lupin enquêtent sur des meurtres sanglants de prostituées (mais qui est Jack l’Éventreur ?). Le dernier texte, « A la poursuite du Nautilus », nous attache avec nostalgie au Capitaine Nemo à la recherche de son fils et du Nautilus. Larson, pervers et terrible chef de la Sûreté de Lyon, relie les nouvelles entre elles.

Victor Fleury, réinvente l’histoire avec inventivité. Le monde uchronico-steampunk qu’il imagine possède une forte cohérence interne. Les références, accessibles, abondent et les clins d’oeil sont nombreux. J’ai pris énormément de plaisir à me laisser entraîner dans ces aventures feuilletonesques dénuées de temps morts. Le recueil est sorti dans le cadre du Mois du Cuivre et bénéficie d’une tranche dorée et d’une superbe couverture. Un excellent moment de lecture.

Deux courts extraits, des réparties acérées de Sherlock Holmes, qui sort du bagne dans lequel la famille Bonaparte l’avait enfermé :

– Pour un homme qui se dit ennemi de la France vous maîtrisez remarquablement notre langue.
– Je parle anglais à mes amis, répondit sèchement Holmes

Et

Une fois dans le couloir, hors de portée des oreilles royales, le ministre regarda fixement l’Anglais, plein de regrets :
– Quel dommage que vous ne soyez pas français, monsieur Holmes…
– Quel dommage que vous ne soyez pas en France, monsieur Bonaparte…


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “L’Empire Électrique – Victor Fleury