Ulysse 31 – Jean Chalopin et Nina Wolmark

Ulysse 31

De Jean Chalopin et Nina Wolmar

Série télévisée d’animation franco-japonaise – 26 épisodes

Lune, licorne officielle du Planète-SF, organise cet hiver un défi spécial retour en enfance. Son Challenge hivernal : madeleine de Proust ! consiste à lire, relire, voir, revoir, jouer, rejouer , écouter, réécouter des livres, films, séries, jeux et musiques qui rappellent l’enfance, entre le 10 décembre 2018 et le 31 janvier 2019.

La série Ulysse 31 a été diffusée pour la première fois entre le 3 octobre 1981 et le 3 avril 1982 sur FR3. J’avais 5 ans et demi. Le bon âge pour ne pas tout comprendre à cette transposition de l’Odyssée d’Homère, mais pour tomber dans la SF et le space-opera. Replonger dans les aventures d’Ulysse, Télémaque, Thémis et Nono, voilà ma madeleine de Proust SF.

Thémis, Ulysse, Télémaque et Nono

La série a très bien vieilli pour moi. J’ai pu regarder les 26 épisodes (plus le pilote qui est assez en décalage avec le reste de la série) sans que mes yeux ne saignent, avec (beaucoup) de plaisir et sans agacement. Ce qui n’est pas le cas pour d’autres séries. Il n’a fallu que quelques épisodes pour que je trouve Goldorak hyper répétitive, Albator trop manichéenne (Albator était mon héro d’enfance et le restera malgré tout) et Cobra insupportable de beauferie (même avec de l’humour et même avec du second degré). Quant à Capitaine Flam c’est d’une platitude… Je n’ai pas encore tenté Musclor, Les Mondes engloutis, Les Mystérieuses Cités d’or, Tom Sawyer ou Yakari, (et d’autres encore), mais il ne faut pas abuser des madeleines, c’est mauvais pour la ligne.

Côté scénario, Ulysse 31 transpose l’Odyssée d’Homère au XXXIeme siècle. Ulysse et ses compagnons (dont Nestor et Euryclée) quittent la base de Troie à bord de l’Odysséus, un vaisseau spatial équipé d’une intelligence artificielle prénommée Shyrka (que j’ai kiffé des les premières minutes). Télémaque, son fils, vient juste de fêter son anniversaire et de recevoir un petit robot dévoreur de clous, Nono, en cadeau. Alors que l’Odysséus passe au large d’une planète inconnue, Télémaque est enlevé par une boule de feu pour être offert en sacrifice au Cyclope. Dans sa prison, il rencontre deux Zotriens, Thémis et Noumaïos, que les adorateurs du Cyclope sacrifieront avec lui. Le Cyclope apporte à ses adorateurs la vue. Sans lui, ils sont privés de ce sens. Ulysse et Nono sauvent les trois victimes et Nono tue le Cyclope, créature de Poséïdon. Ce dernier en appelle à Zeus pour qu’un châtiment soit infligé à Ulysse. Zeus condamne Ulysse :

Quiconque ose défier la puissance de Zeus doit être puni. Tu erreras désormais dans un monde inconnu, jusqu’au royaume d’Hadès, vos corps resteront inertes…

Ulysse quitte l’univers connu. En traversant les glaces galactiques, l’Odysséus est projeté dans l’univers de l’Olympe. Zeus efface le chemin de retour vers la Terre de la mémoire de Shyrka et fige tous les compagnons d’Ulysse ainsi que Noumaïos. Seuls Télémaque et Thémis, en caisson de soins, échappent à la malédiction. Pendant 26 épisodes de 25 minutes, Ulysse erre dans cet univers inconnu et non cartographié, à la recherche du royaume d’Hadès. Les Dieux jouent avec lui et le mettent régulièrement au défi, voire même essaient de l’éliminer lorsqu’ il progresse trop. Ses aventures le conduisent à de nombreuses rencontres : Chronos, Eole, Sisyphe (un épisode traumatisant), le Sphynx, les Sirènes, Circé, le Minotaure, Calypso, Atlas… Les concepteurs ont très bien exploité l’Odyssée et la mythologie grecque pour scénariser la série. cette richesse scénaristique permet à la série de bien résister au passage du temps. Et ne pensez pas que c’est facile de faire adaptation de qualité avec un matériau de cette richesse – souvenez-vous du Choc des Titans.

Panorama

En plus du scénario, la série possède d’autres points forts. Elle propose des personnages complexes et travaillés. Prenons par exemple les personnages de méchants. Ils ne sont pas méchants par essence ou par nature comme parfois dans d’autres dessins animés (ou méchants parce qu’étrangers tiens). Ils poursuivent souvent des nobles desseins mais les chemins qu’ils empruntent pour atteindre leur but les conduisent sur le mauvais chemin. Un exemple ? Circé la magicienne qui constitue une bibliothèque de la connaissance et libérer l’univers de l’emprise des Dieux omniscients. Pour y parvenir, elle réduit en esclavage tous ceux qui croisent son chemin. Ulysse est noble au sens moral du terme. Il n’use jamais de violence si cette dernière peut-être évitée. Il choisit toujours la voie de la raison, de la médiation et de la négociation, s’il existe la moindre chance qu’elles aboutissent. Il ne perd jamais ses valeurs humanistes et préfère se sacrifier au profit des autres. A plusieurs reprises il a l’occasion de pouvoir rentrer sur Terre avec son fils. A chaque fois, il refuse le pacte avec les Dieux : il préfère errer sans fin dans l’univers de l’Olympe plutôt que d’abandonner ses compagnons. Il ne perd jamais espoir, ni confiance dans leur capacité à triompher de l’adversité. Spoiler alert, dans la vraie vie Ulysse n’existe pas (mais le fonctionnement du monde est aussi arbitraire et injuste que le cosmos de l’Olympe). Télémaque, bien que jeune (12 ans il me semble), sait dépasser ses peurs quand les circonstances l’exigent. Et Thémis, plus jeune encore (6 ans), se montre intelligente et réfléchie et apprend à utiliser ses pouvoirs à bon escient.

Ulysse 31 se veut aussi une série éducative qui met en avant des valeurs morales et pousse les enfants à se poser quelques questions sur les notions de justice, d’équité, d’égalité, de fraternité, etc. Décernons une mention spéciale à l’épisode Les Révoltés de Lemnos même s’il aurait dû s’intituler Les révoltées de Lemnos. Un visionnage de la série avec un regard plus adulte, amène à repérer des réflexions et des questionnements plus profonds que ce que j’avais retenu des aventures spatiales (je conseille aussi Les Lotophages, qui m’avaient mise mal-à-l’aise et qui n’a pas perdu de son efficacité sur ce point). Pour l’anecdote, je n’avais pas remarqué que le poste de pilotage était une table ronde, alors que, souvent, le commandant a droit à son siège séparé. Ici, Ulysse s’y installe avec ses compagnons les plus proches, Nestor et Euryclée notamment. Il n’est pas un chef, un commandant, il est un guide qui écoute avis, conseils et idées. Dans le pilote de la série, le poste de pilotage est représenté de manière plus traditionnelle. Notez que l’épisode pilote de la série, lui, fait très très mal aux yeux.
Côté animation, la série a tout aussi bien vieilli, même si les standards ont beaucoup évolué : le dessin des personnages est de qualité et l’animation est moins figée que dans certains dessins-animés japonais de la même époque. Le doublage voix est excellent : Claude Giraud en Ulysse ou Jean Topart qui rend inoubliable Zeus. J’ai eu autant de mal à accepter le changement de voix de Shyrka au revisionnage qu’à l’époque de la première diffusion (rendez-nous Évelyne Séléna !).

Vous l’avez compris, cette madeleine de Proust reste toute à fait hautement recommandable 36 ans après son premier visionnage. Je me suis rendue compte que j’avais gardé beaucoup de souvenirs de cette série même si certains se réduisent à quelques images ou des impressions. Qu’on condamne l’intention de Circé de vouloir apprendre m’avait paru d’une injustice flagrante (qu’on la condamne pour les moyens employés, oui). C’est aussi révoltant que de condamner Eve pour avoir goûté au fruit de la connaissance. Pour qui se prennent-ils les Dieux à la fin ?
Si je me suis intéressée à la mythologie (ce qui m’a amené à faire du latin en classe) pendant ma jeunesse et si j’aime la science-fiction, le space et le planet opera, avec ses vaisseaux spatiaux et ses IA, je le dois probablement en grande partie à Ulysse 31 à l’Odysseus et à  Shyrka.

Vive Ulysse 31 !

Vous aimerez aussi...

18 réponses

  1. NicK dit :

    Sors le Karaoké Simone !!!

    « Au fin fond de l’Univers, à des années et des années-lumière de la Terre,
    Veille celui que le gouvernement intersidéral appelle
    Quand il n’est plus capable de trouver une solution à ses problèmes,
    Quand il ne reste plus aucun espoir :
    le Capitaine FLAM !

    Capitaine Flam tu n’es pas
    De notre voie lactée
    Mais tu as traversé
    (Capitaine Flam)
    Cent mille millions d’années
    Pour sauver de ton bras
    Les gens de Mégara
    « 

  2. Anudar dit :

    Bel article pour une belle série, que j’aurais pu choisir aussi comme madeleine de Proust !

    Télémaque a douze ans (il fête son anniversaire lors du premier épisode) et Thémis en a six. Il n’empêche qu’elle se montre souvent tout aussi badass que lui voire plus (la phrase « donne-le moi, je n’ai pas peur du feu » me foutait des frissons à l’age de sept ans).

    Du coup, je crois qu’il m’en reste à me coller aux MCO 🙂

    • Lhisbei dit :

      Merci. J’édite avec les précisions.
      Et oui, Thémis est assez badass et il est facile de s’y identifier quand on est une petite fille. La série est exempte de stéréotypes de genre, c’est appréciable.
      Oui aux Mystérieuses Cités d’Or ! Avec Les mondes engloutis, c’est une série que j’ai très envie de revisionner.

  3. f6k dit :

    J’avoue que c’est aussi une des rares séries animées de mon enfance que j’ai réussi à regarder à nouveau. Non seulement à la regarder mais à l’adorer à nouveau ! Malgré quelques défauts que j’attribue à la très courte durée des épisodes, je me souviens avoir été encore complètement pris par cet univers. Une série qui traverse le temps sans mal. Si tu cherches une autre dessin animé du genre encore « regardable », je pense que tu peux te lancer dans Les merveilleuses cités d’or sans souci — et aussi peut-être dans Sherlock Holmes (où tous les personnages sont des canidés antropomorphes), mais ce n’est pas trop SF là pour le coup. Merci pour cette madeleine de Proust qui m’a donné envie de visionner à nouveau cette série !

    • Lhisbei dit :

      Oui, elle reste remarquable cette série. 🙂 Merci pour tes conseils. Je crois que j’étais déjà un peu plus vieille quand Sherlock Holmes est arrivé, mais je m’en souviens un peu aussi. Je crois que je vais rattraper Les merveilleuses cités d’or et Les mondes engloutis (qui eux sont plus SF). On verra si j’arrive à en faire une chronique …

  4. Baroona dit :

    ♫ Salut c’est moi Nono. J’suis le robot héros
    Cadeau d’Ulysse pour Télémaque son fils ♫
    En ne vous remerciant pas, je vais l’avoir en tête pendant quelques heures. En tout cas ça m’a donné envie de la voir, surtout qu’il n’y a que 26 épisodes.
    Et je confirme les propos des précédents commentateurs : « Les Mystérieuses Cités d’or » ça se revoit très bien. ^^

    • Lhisbei dit :

      Attention, pas de pluie ni de neige pour cette fin d’année hein 😉
      Oui la série est courte et facile à trouver 🙂
      Merci pour le conseil 🙂

  5. Lune dit :

    Super analyse de la série c’est intéressant ! C’était le dimanche soir non ? Je ne suis plus sûre. Une autre série animée tout à fait regardable : Cobra !

    • Lhisbei dit :

      Me souviens plus du jour mais je ne pense pas qu’à cette époque on diffusait des DA la veille de l’école (genre à 20h au dodo avec le parents de cette époque).
      Après recherche « Ulysse 31 débarque sur FR3 le 3 octobre 1981, diffusé par tranches de 5 minutes tous les soirs du samedi au vendredi à 19h55 (sauf le dimanche, soit 6 parties par épisode), avant une rediffusion complète de l’épisode le samedi suivant à 18h30. »
      C’est bien dodo à 20h du coup… 😉
      Cobra, ça ne passe plus : je ne parviens pas à la prendre au second degré !

  6. Vert dit :

    J’avais investi dans un coffret DVD à une époque, j’avais commencé à tout revoir mais j’ai eu du mal à rentrer dedans (après je sortais de l’intégrale des Cités d’or, j’avais peut-être ma dose de nostalgie années 80). En tout cas j’aimais beaucoup cette série, elle a sans doute jouer dans mon amour de la SF et de la mythologie. Je vais attendre que Mini-Vert grandisse pour les revoir, j’aurais une bonne excuse 😀

    • Lhisbei dit :

      Bonne idée et bonne excuse pour Mini Vert 😀

      J’ai fait le chemin inverse : pas réussi à revoir les Cités d’Or ensuite (oui, on sature peut-être un peu plus vite avec quelques années de plus 😉 )

  7. Lullaby dit :

    Oh, belle madeleine de Proust ! Ulysse 31, j’avais tellement aimé petite que adulte, je la revisionne de temps en temps. La série a en effet très bien vieilli ! (par contre, Le choc des titans version 1981 est sympa à regarder, avec ses effets spéciaux d’un autre âge et ses dieux (joués par des acteurs que je n’aurai pas imaginé dans ces rôles)

    • Lhisbei dit :

      Oui, c’est une belle madeleine 😉
      Le choc des Titans version 1981 est un poil kitsch sur le scénario, mais réussi l’exploit de rester meilleur que son remake des années 2000 amha 🙂

  1. 22/12/2020

    […] 2020 et le 31 janvier 2021.  Pour la première édition, je vous avais parlé de la série Ulysse 31 de Jean Chalopin et Nina Wolmar et pour la deuxième de l’Inspecteur Gadget de Bruno Bianchi, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.