Ils ont rejoint ma PAL (111)

Nouvelle entrée dans la série des billets consacrés à la gestion de la PAL. Que s’est-il passé en janvier ? La PAL s’est-elle remise des fêtes de fin d’année ? S’est-elle vengée de son désherbage sauvage (mais limité) réalisé à l’occasion du bilan de l’année 2019  ? Ne laissons pas le suspens s’installer. Voici les entrées et sorties de la PAL en janvier 2020

Du côté des entrées, le mot clé de ce mois est raisonnable. Un seul titre est entré en PAL : Le Prieuré de l’Oranger de Samantha Shannon (aux éditions De Saxus que je ne connaissais pas). La photo ne rend pas justice à la superbe couverture du bouquin, avouons.

Le Prieuré de l’Oranger

Une revue est aussi arrivée (bon d’accord, j’y suis abonnée) : le numéro 97 de la revue Bifrost (avec une très belle couverture).

Bifrost 97

Une entrée en PAL pour ce mois de janvier. Raisonnable, non ?

Du côté des sorties :

  • Bienvenue à Sturkeyville de Bob Leman : un coup de coeur
  • L’Empire des Mechas de Peter Tieryas. Je suis passée complètement à côté de cette uchronie YA avec des robots géants dans laquelle le Japon remporté la guerre du Pacifique et occupe les USA. On suit le parcours du jeune Makoto  » Mac  » Fujimoto qui rêve de devenir  pilote de mecha (robot géant).
  • Le prieuré de l’oranger de Samantha Shannon. Chronique à venir dans un prochain Bifrost. Sachez que ça se lit tout seul (et ça c’est un très bon signe pour un pavé).
  • Et trois nouvelles à la pièce chroniquées dans la 23eme entrée des Miscellanées de nouvelles : « Hanosz prime s’en va sur Terre » de Robert Silverberg, « La sorcière égarée de la citadelle silencieuse » de Michael Moorcock et « La Reine de l’air et des ténèbres » de Poul Anderson

Trois sorties ce mois-ci. Avec 1 entrée pour 3 sorties, la La Pile à lire principale baisse de deux livres et s’établit à 301 livres. Quant à celle des Nouvelles et novellas, elle passe de 72 à 69 la coquine.

Côté chroniques, j’ai rattrapé Passing Strange. Et je continue à poster les billets de compte-rendu des Utopiales 2019 (Les conférences du jeudi, Les conférences du vendredi). J’ai pris aussi le temps de réaliser un bilan de l’opération KillPal (avec un mini bilan de blog inside) et j’ai chroniqué la première saison de For All Mankind, une série à voir absolument. Mais je cours toujours après le temps, et le blog s’en ressent.

Et on termine en musique ( / 20ans / M. Lhisbei)

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. NicK le vilain dit :

    Mouhahaha.
    301 + des novellas physiques en pagaille = bcp trop.
    😛

  2. M.Lhisbei dit :

    Ça sera notre chanson
    Le texte qui suit et la traduction viennent du site « La coccinelle »

    « Universe & U (L’univers et Toi)

    C’est tout simplement une chanson d’amour, une sorte d’hymne dédié à un homme.

    KT explique que cet homme la calme, la réchauffe quand elle a froid.
    En gros elle explique qu’il sont faits l’un pour l’autre, qu’elle lit en lui comme dans un livre ouvert (I see in your face the places you’ve bean, the things you have learned ; je lis dans ton visage les endroits où tu as été, les choses que tu as apprises).
    Le refrain montre qu’ils sont en fait identiques, et qu’ils sont en quelque sorte connectés l’un à l’autre par leur amour (I can feel everything you do, hear everything you say, even when you’re miles away ; je peux ressentir tout ce que tu fais, entendre tout ce que tu dis, même quand tu es à des kilomètres)
    Leur amour est si fort qu’ensemble ils « construisent des ponts », ce qui signifie surement qu’ils arrivent à s’ouvrir des chemins, à découvrir de nouvelles choses.

    Le titre, « the Universe and U » (l’univers et toi) montre qu’ensemble ils sont aussi grands que l’univers.

    A fire burns
    Un feu brûle
    Water comes
    L’eau arrive
    You cool me down
    Tu m’apaises
    When I’m cold inside
    Quand je suis gelée à l’interieur
    You are warm and bright
    Tu es chaud et brillant
    You know you are so good for me
    Tu sais que tu es si bon pour moi
    With your child’s eyes
    Avec tes yeux d’enfants
    You are more than you seem
    Tu es plus que tu ne paraît
    You see into space
    Tu vois dans l’espace
    I see in your face
    Je vois dans ton visage
    The places you’ve been
    Les endroits où tu es allé
    The things you have learned
    Les choses que tu as apprises
    They sit with you so beautifully
    Elle te vont si bien

    Chorus
    Refrain
    You know there’s no need to hide away
    Tu sais qu’il n’y a aucune raison de se cacher
    You know I tell the truth
    Tu sais que je dis la vérité
    We are just the same
    Nous sommes les mêmes
    I can feel everything you do
    Je peux ressentir tout ce que tu fais
    Hear everything you say
    Entendre tout ce que tu dis
    Even when you’re miles away
    Même quand tu es à des kilomètres
    Coz I am me, the universe and you
    Car je suis moi, l’univers et toi.

    Just like stars burning night
    Comme des étoiles brillant si fort
    Making holes in the night
    Qu’elles font des trous dans la nuit
    We are building bridges
    Nous construisons des forteresses

    Chorus
    Refrain

    When you’re on your own
    Quand tu sera tout seul
    I’ll send you a sign
    Je t’enverrai un signe
    Just so you know
    Pour que tu saches
    I am me, the universe and you
    Que je suis moi, l’univers et toi »

  3. Elhyandra dit :

    Une entrée mais de taille ^^ quand j’ai vu la taille du truc je l’ai reposé j’avoue *oups*

    • Lhisbei dit :

      A làlàlà ça se lit très vite pour un pavé de cette taille. Et malgré le volume, le livre est léger (grâce au papier choisi), mais de toute façon il existe en ebook pour soulager les poignets 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.