Sous un ciel de sucre, Les Enfants indociles T3 – Seanan McGuire

Sous un ciel de sucre
Les Enfants indociles T3

De Seanan McGuire

Pygmalion Imaginaire – 216 pages. Traduction de Benjamin Kuntzer.

Retour de chronique du Bifrost 110

Troisième tome de la série des Enfants indociles, Sous un ciel de sucre s’attache à Cora, nouvelle pensionnaire de la Mai­son des enfants indociles tenue par Eleanore West, revenue mal­gré elle d’un séjour dans un monde aquatique, où sa corpulence ne l’avait pas empêchée d’être une sirène accomplie. Avec son amie Nadya, qui espère que la porte vers le monde noyé de Belyrekka s’ouvrira à nouveau, elle passe beaucoup de temps a barboter dans l’étang jouxtant l’école. Un plan d’eau dans lequel une jeune fille venue de nulle part n’est cependant pas censée tomber… Rini vient de Friandise, un monde fait de gâteau, de sucre et de soda, pour retrouver sa mère, Sumi Onishi. Mais celle-ci, assassinée alors qu’elle était encore au pensionnat – événement relaté dans le premier tome, Les Portes perdues – ne peut donc pas avoir eu d’enfant. Ce qui explique que Rini commence doucement à s’effacer… Rini doit donc ressusciter Sumi sous peine de disparaître complètement, et de ne pas pou­voir sauver Friandise du joug de la méchante Reine des Gâteaux.

Dans Les Enfants indociles, les portes s’ouvrent souvent par hasard, mais toujours vers des univers adaptés aux enfants, des lieux où ils pourront enfin se sentir chez eux. Et quand ils sont ren­voyés ou reviennent par accident, ils en souffrent cruellement et espèrent pouvoir repartir même s’ils n’y parviennent que rarement. Rini, elle, peut voyager de monde en monde avec une facilité déconcertante grâce à un bracelet de bonbons magi­que confectionné sur Friandise – que l’on perdra en chemin pour éviter que chacun puisse ensuite rejoindre son monde d’accueil. Ce qui a été fabriqué pouvant l’être à nouveau, la cohérence de l’univers proposé par Seanan McGuire pâtit un peu de cet artifice. Le processus pour faire revenir Sumi à la vie, une succession d’épreu­ves, semble lui aussi un peu trop facile à mettre en œuvre et dé­pourvu de réel enjeu au regard des derniers chapitres. Même la mort perd son caractère inéluctable et définitif. Si le messa­ge positif sur l’acceptation de soi, la caractérisation des personnages et l’écriture de Seanan McGuire constituent toujours les points forts de la série, il man­que à Sous un ciel de sucre la noirceur des deux premiers tomes pour convaincre tout à fait. Comme pour les précédents livres, celui-ci bénéficie de trois illustrations de Rovina Cai. L’inflation n’a pas épargné le secteur du livre. Comptez donc un euro de plus, que ce soit en numérique (14,99 €) ou au format papier (21 €), pour vous procurer ce court roman.

Un extrait

Voyager changeait les gens. Tous les changements n’étaient pas visibles, ni même logique selon les règles d’un monde où le haut se trouvait toujours en haut, le bas toujours en bas, et les squelettes toujours dans leur tombe au lieu de se relever pour danser, mais ça n’empêchait qu’ils existent. Qu’on le veuille ou non.

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.