Imaginales 2013 – Prologue 15


La 12ème édition des Imaginales se tenait à Épinal du jeudi 23 au dimanche 26 mai 2013 et nous y étions (oui, je sais que vous savez). C’était comment ? Glacial en température (malgré un T Shirt, un pull, une veste en polaire et un blouson, des bottines avec chaussettes, j’ai frôlé l’amuptation des doigts et des orteils à plusieurs reprises) mais chaleureux en terme d’ambiance. Nous sommes arrivés le jeudi assez tard (trop tard pour assiter à la conférence sur l’Uchronie, l’un de mes regrets sur cette édition) . A défaut d’assister à l’ouverture du festival, nous avons fait la fermeture…

Le froid m’engoudissant les neurones, je me suis beaucoup fait tirer l’oreille pour assister aux conférences (et pourtant ce n’était pas le choix qui manquait : jusqu’à 4 par heure…). Nous avons assisté à 7 conférences (contre 14 l’année dernière, deux fois plus donc, et 19 en 2011). J’ai raté la rencontre avec Gail Carriger (mais pas celle avec Lucius Shepard, heureusement). Par contre, M Lhisbei a fait le plein de photos : 1 994 (contre  2 369 l’année dernière et 1 082 en 2011). Le tri est en cours mais ça va prendre du temps. Comptez sur nous pour tenter de vous faire partager cette édition des Imaginales et vous faire vivre ou revivre cette très belle édition.
L’autre raison pour laquelle nous avons peu assisté aux conférences réside dans le fait que nous avons croisé beaucoup de monde et, donc, beaucoup papoté. Et le temps qu’on papote n’est pas du temps passé à écouter les conférences… Mais qu’est-ce que c’est bon de papoter avec des mordus de SFFF ! Nous avons donc passé de très bons moments avec quelques uns des blogueurs (ou non blogueurs) présents sur le festival. La chaleur humaine (et la bière aussi, même si la plupart des blogueurs ont carburé au chocolat chaud un certain soir) réchauffe plus efficacement encore que les rayons du soleil, je vous le dis. Nous avons vu ou revu avec beaucoup de plaisir Tortoise, Endea, Tigger Lilly, Shaya, Vert, Julien, Olya, Snow, Lelf, Herbefol, Caroline et Serge, Galoo, Witch (d’Elbakin) & Joyeux Drille. Comme d’habitude ces moments passés ensemble ont été trop courts.

Cette année nous avons participé à un seul déjeuner avec un auteur (mais quel déjeuner !). Nous étions avec Ayerdhal et une dizaine de personnes dont Joyeux Drille (je dénonce si je veux). Nous avons passé deux heures en charmante compagnie (mais pas de photos pour cette fois). Nous avons aussi petit-déjeuné avec Lucius Shepard.

Lucius Shepard
(Clic)

Malgré la présence de Jean-Daniel Brèque pour traduire, je suis restée sans voix et n’ai pu articuler une seule question. Je crois que c’est le moment le plus mortifiant de ces Imaginales. Le lendemain, je suis allée lui faire dédicacer Le Calice du Dragon et j’en ai profité pour lui parler (un peu) en anglais pour rattraper ça (c’était presque facile, je venais de m’entraîner avec Alastair Reynolds et Ken Scholes). En parlant de Ken Scholes, il a donné un concert dans un des Magic Mirrors … C’était l’un des temps forts du festival :

Autre moment sympathique : Lionel Davoust (si, si c’est lui, il décoiffe non ?) assurant la promo de l’anthologie Elfes et assassins. Quelle classe !

Lionel Davoust
(Clic)

Comme l’année dernière, j’ai fait partie du jury du match d’écriture auteurs pros vs auteurs amateurs, match organisé par le club Présences d’Esprits et la BMI. Cette année il y avait 18 textes en compétition (ma soirée de vendredi soir et ma matinée du samedi se sont donc révélées fort studieuses et très pauvres en alcool). Nous sommes complètement passés à côté des Imaginales maçonniques & ésotériques. Les thèmes des conférences ne nous attiraient pas beaucoup et l’ésotérisme, lui, ne m’attire pas non plus. Je suis donc curieuse de voir ce qu’en ont pensé les uns et les autres. On verra si les conférences qui ont eu lieu au Temple seront rattrapables sur la toile. Comme lors les éditions précédentes, nous n’avons pas visité le château. Il faudra un jour qu’on le fasse. Pour l’instant, M. Lhisbei se contente de le prendre en photos :

(Clic)

Du côté des regrets, mis à part la conférence sur l’Uchronie qui n’a semble-t-il pas été enregistrée et que je ne pourrai donc pas rattraper (mon coeur saigne), je regrette aussi de ne pas avoir assisté au concert-lecture de The Deep Ones, groupe composé uniquement de musiciens travaillant dans l’éditions (auteurs, éditeurs…) : Sire Cédric, Lionel Davoust, Patrick Eris et Mélanie Fazi, lecteurs, étaient accompagnés en musique par Nathalie Dau, Fred Merch, Ghislain Morel, Lucie Morice et Christophe Thill. Le concert a été filmé et sera en ligne dans la semaine. En attendant, vous trouverez quelques photos chez Mythologica. Edit : la page Facebook dédiée est ici et, les allergiques à Facebook (j’en connais), le concert dans son intégralité ici.

Parlons acquisitions à présent. Nous avons été raisonnables (toujours la même technique infaillible : ramener ses propres bouquins à faire dédicacer !). M. Lhisbei a craqué sur du space-opera et a dévalisé la librairie des romans d’Alastair Reynolds (4 livres de poche) ; il a aussi joué à la loterie du Club Présences d’Esprits, et, comme à tous les coups on gagne, il a gagné deux livres (des Galaxies poche). Vous l’aurez compris M Lhisbei aime les livres de poche … De mon côté, j’ai craqué sur 4 livres et une revue (et j’ai raté Philippe Ward et Sylvie Miller, ce qui fait que je n’ai pas pris Mariage à l’Egyptienne). Ont donc rejoint ma PAL de haut en bas : le premier numéro (en fait le numéro 0) de la revue Mythologica, Le Calice du Dragon de Lucius Shepard (Griaule powaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa), Françatome, une uchronie (oui, encore une) de Johan Heliot, l’anthologie des Coups de cœur des Imaginales, et Janua Vera de Jean-Philippe Jaworski (l’ultimate édition). Concernant Jean-Philippe Jaworski, il me faut raconter une petite anecdote. Je fais partie des lecteurs qui pensent qu’il y a un bon moment pour chaque livre. Lors de ces Imaginales, j’ai entendu un nombre incalculable de fois cette phrase : « Comment ?! (variante : quoi !?) Tu n’as jamais lu Gagner la guerre ? (variante 1 : Janua Vera, variante 2 : du Jaworski) ». Sans rire, cette phrase, si je ne l’ai pas entendue dix fois, je ne l’ai pas entendue une fois comme disait ma grand-mère. Et comme je répondais que si, j’avais lu une nouvelle dans Rois et capitaines, on me répétait à l’envi qu’il fallait lire Jaworski (sous entendu tout Jaworski et au moins Janua Vera). Quand nous sommes arrivés devant l’auteur pour une dédicace de sa nouvelle dans l’anthologie Coup de coeur des Imaginales, M. Lhisbei s’y est mis aussi et m’a offert Janua Vera dans sa dernière édition. Je crois que parfois certains livres finissent par s’imposer, portés par des lecteurs enthousiastes (et tentateurs) et par imposer leur moment. Le moment Jaworski est donc venu. Tellement venu que le soir même je lisais un texte totalement inédit de Jean-Philippe Jaworski, puisque l’auteur participait au match d’écriture du Club Présences d’Esprits à la BMI. Et pour l’anecdote, même si les délibération sont censées rester totalement confidentielles, je vais sortir de mon devoir de réserve et révéler que c’est le texte que j’ai le mieux noté de cette sélection. Le moment Jaworski semble donc placé sous des auspices favorables.

(Clic)

Je reviens des Imaginales avec des étoiles plein les yeux et une laryngite en prime. Des compte-rendus, photos, vidéos, commencent à fleurir sur la toile un peu partout. Je vous recommande ActuSF qui a enregistré ou filmé la plupart des conférences. La mise en ligne est en cours. Du côté des blogueurs, un petit tour chez Endea, Snow, Olya pour commencer. Nos billets arriveront dans les jours à venir.

Photos par C.Schlonsok tous droits réservés à l’auteur
(sauf la dernière bien pourrie qui est de Lhisbei)


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 commentaires sur “Imaginales 2013 – Prologue