Imaginales 2015 – Prologue 17


La 14ème édition des Imaginales se tenait à Épinal du jeudi 28 au dimanche 31 mai 2015. Nous y étions, avec l’impression d’être « comme à la maison » parce que les Imaginales, pour tout amateur des « littératures de l’imaginaire » c’est l’équivalent d’un second chez soi. On y trouve tout ce dont on a besoin en nourritures intellectuelles et terrestres et en (bonne) compagnie qui plus est.

Un jour, nous monterons au château (à pieds comme il se doit)

Château Epinal

Château d’Épinal (présent sur toutes les affiches du festival)


Imaginales 2015 – Epinal – Épinal, une belle ville

Cette année, les Magic Mirrors et les bulles du jeu étaient proches de la bulle du livre, une yourte accueillait des contes, des lectures et, parfois, des chaises longues dans lesquelles se prélasser en écoutant une musique planante. Le bar était agrémenté d’une terrasse et le temps s’est révélé clément (on a quand même eu de la pluie et du vente). L’agencement était encore plus pertinent que l’année dernière, même si, parfois, sous le Magic Mirror 2, on entendait trop bien les animations musicales. Deux musiciens arpentaient le parc :

Musique

Musiciens

Dans la bulle du livre, comme à l’habitude, du monde, du monde, du monde…

foule (1)

Du monde,

foule (2)

beaucoup de monde,

foule (3)

Y’a foule donc.

Cette année encore nous avons encore regardé le château de loin, n’avons pas visité le musée de l’Image, ni même assisté à une conférence au tempe maçonnique. Nous avons même raté notre première journée de festival. La poisse avec ces appareils hautement technologiques baptisés voitures (parce que les 2 ont eu le bon goût de tomber en panne à 2 jours d’intervalle, la poisse on vous dit) et chaudière nous a conduit à retarder notre départ. Nous sommes donc arrivés à Épinal le jeudi dans la soirée. Une demi-journée perdue, ce n’est point grave. Vi, mais nous avons quand même raté deux conférences qui nous tenaient à coeur : L’art de la nouvelle… Forme courte, idées fortes ! modérée par Sylvie Miller avec Jean-Claude Dunyach, Mélanie Fazi, Sylvie Lainé, Christopher Priest, traduit par Lionel Davoust (qui se rattrape heureusement ici, merci ActuSF) et Songer au futur… La science-fiction rêve à nouveau ! au Planétarium modérée Didier Mathieu avec Raphaël Granier de Cassagnac, Olivier Paquet, Laurence Suhner (cette conférence-ci n’a pas été enregistrée, bouhouhouhou). Moralité, nous sommes allés nous consoler au bar à vins Le Bougnat une heure avant les Histoires à lire quand les enfants sont couchés. Le temps de nous remettre de nos émotions. Cependant, ces lectures n’ont pas eu lieu faute d’une sono oubliée je ne sais où. La poisse, je vous dis. Bref. Nous avons donc passé 3 jours sur le festival. Et qu’avons-nous fait pendant ces trois jours ?

Nous avons assisté à une dizaine de conférences (et je ne me suis jamais endormie), zappé la remise de tous les prix (si, si), déjeuné avec Pierre Bordage et Christophe de Jerphanion, papoté avec beaucoup de monde (un peu partout), seulement croisé rapidement quelques personnes (comme tous les ans)… un peu de name dropping : Endea, Tigger Lilly, Julien, Snow, DorisLynnae, MariejulietJae-Lou et son barbu, Tortoise et Hyi Hyil, Joyeux Drille, Escrocgriffe, Mélanie Fazi, Jean Rébillat, Jean-Laurent Del Socorro et Florence, le Club Présences d’Esprits venu en force (Christian, Christophe, Magali, Jocelyn et Georges) et toute l’équipe d’ActuSF qui a été au petit soin pour moi (merci Jérôme, Sonia et Marie pour l’accueil sur le stand). Une pensée pour Ayerdhal et Sara qui nous ont manqués cette année.

Quand je repense à ces trois jours, à ces conversation,  j’ai envie de mettre des petits coeurs partout et des licornes arc-en-ciel (tout à fait mon style, n’est-ce pas). L’ambiance générale se résume en un mot : BONHEUR. Allez, d’accord, deux mots si on ajoute CONVIVIALITÉ. Bon d’accord, trois si on ajoute CHALEUR HUMAINE (ok, ça fait quatre, donc j’arrête là)

heureux (1)

Christopher Priest, un auteur heureux d’être présent et ça se voit !

modo au travail

Christophe de Jerphanion, un modérateur au travail même quand il n’est plus sur scène.

Cette année encore, j’ai participé au match d’écriture du Club Présences d’Esprits (comme membre du jury) et une partie de ma nuit de vendredi à samedi à été consacrée à la lecture des 18 textes écrits pendant le match (mes Imaginales sont studieuses). Nous avons visité deux des expositions, admiré la fresque, déambulé sous la bulle, paressé sur la pelouse, comme d’habitude. Et, comme d’habitude, qu’est-ce que c’était bon !

Les animations étaient au rendez-vous : costumes, démonstrations d’escrime artistique avec la Société d’Escrime Spinalienne, moulages des corps avec les scotcheurs éclairés, peinture du corps avec la 3eme rencontre nationale de Body Painting le dimanche en fin d’après midi (nous étions déjà partis…)

mysterieuse (1)

Qui est cette mystérieuse demoiselle ?

mysterieuse (2)

Mais c’est une faux…

mysterieuse (3)

Fuyons ce regard aiguisé !

Photos par C.Schlonsok tous droits réservés

Nous avons parfaitement respecté le programme que nous nous étions fixés, le vendredi et le samedi. Le vendredi nous étions installé au Magic Mirror 2 pour l’entretien avec Charles Stross. La conférence sur le mythe de Dracula, a fait l’objet d’une annulation. Le samedi nous avons assisté au café littéraire autour de la question S’éloigner de la Terre et à l’entretien avec Kim Newman. Le dimanche, en revanche, nous avons totalement déraillé. Les cafés littéraire sur les dragons et les théocraties imaginaires sont passés à la trappe au profit d’autres conférences. Je les rattraperai avec les enregistrements d’ActuSF.

M Lhisbei a été encore plus calme que l’année dernière sur les photos : 1547 soit exactement 407 de moins que l’année dernière. Une demi-journée, ça manque vraiment. J’ai commencé le tri et les billets vont pleuvoir (en l’état actuel de l’avancement des travaux, je prévois 8 billets). Nous avons très envie de vous faire vivre ou revivre cette très belle édition des Imaginales 2015. En attendant, la magie des Imaginales se retrouvent aussi chez Mélanie Fazi et Lionel Davoust.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 commentaires sur “Imaginales 2015 – Prologue