Ils ont rejoint ma PAL (120)

Cette fois je ne zappe pas le billet mensuel de la vie de la PAL. En novembre, l’annulation des Utopiales et quelques jours de congés confinés en début de mois m’ont permis de d’avoir plus de temps de lecture. Que s’est-il passé pour la PAL ?

Commençons par les entrées. Au format papier, c’est raisonnable. J’ai reçu par la magie des SP, Chroniques des années noires de Kim Stanley Robinson et C’est l’Inuit qui gardera le souvenir du Blanc de Lilian Bathelot. Chroniques des années noires est déjà présent dans ma bibliothèque, une uchronie monumentale, lue et approuvée. Elle n’entre donc pas en PAL, mais je ne peux que vous en conseiller la lecture.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Karine Lhisbei (@lhisbei)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Karine Lhisbei (@lhisbei)


Emprunté en numérique dans les bibliothèques de Paris, un des derniers Catherine Dufour : Au bal des absents.

en PAL numérique

Catherine Dufour : Au bal des absents

En numérique toujours, le quatrième tome des Dieux sauvages de Lionel Davoust : L’Héritage de l’Empire (pour Bifrost)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Karine Lhisbei (@lhisbei)

Trois entrées, c’est on ne peut plus raisonnable

Du côté des sorties :

  • Le chant des Fenjicks de Luce Basseterre (chronique pour Bifrost)
  • Perles de Chi Ta-wei
  • Au bal des absents de Catherine Dufour
  • Contes Hybrides de Lionel Davoust (billet à venir) – titre dans la PAL des nouvelles et novellas.

L’audiolecture de Dune de Frank Herbert est terminée. J’ai rempilé, par pur masochisme, pour une audiolecture du Messie de Dune. En effet, la suite me paraît impérative à lire. La fin de Dune ressemble à une étape dans l’histoire globale. Et puis ça va, le Messie de Dune ne dure que 10h20. Une paille par rapport à Dune. Bon pour l’instant, 3h d’écoute. J’avance piano…

Faisons les comptes :  3 entrées pour 3 sorties de la PAL principale. Stabilité à 315 livres. Celle des Nouvelles et novellas baisse de 1 pour s’établir à 67 titres.

Sur le blog, j’ai rattrapé la chronique de Un long voyage de Claire Duvivier et rapatrié les chroniques du Bifrost n°96 : La Fille dans la tour de Katherine Arden, Six mois trois jours de Charlie Jane Anders et Te souviendras-tu de demain de Zygmunt Miłoszewski. Il reste un titre à rapatrier en décembre.

Côté film, nous avons vu Mulan (dont je ne sais pas quoi penser au final) et terminé la série Away (trop larmoyante mais on en aurait bien repris pour une saison 2 malgré tout). Pour The Mandalorian c’est en cours (et j’ai détesté l’épisode 2 à cause des foutues bestioles qu’on y trouve).

On termine sur une note musicale avec cette étonnante soprano, Sirkka Susanna Lamminen, (et, sans mentir, la fin va vous étonner / à partir de 3’10 pour les impatients, mais ne vous privez pas de son subtil petit geste envers le chef d’orchestre un peu avant)

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. NicK le vilain (mais très très vilain ce mois ci) dit :

    « Stabilité à 315 livres. »
    On parle de quoi ? Ton poids ou ta PAL ??? 😛
    (oui je suis méchant car tu as zappé à dessin un mois de PAL. J’attend ces billets avec plus d’impatience que le déconfinement. Vengeance basse et mesquine donc 😛 )

    • Lhisbei dit :

      Bon alors il va falloir solder les comptes là. Parce que si tu continues à chouiner sur le mois zappé, je ne fais plus qu’un seul billet par trimestre uniquement pour te faire marner :p

      • NicK le vilain (mais très très vilain ce mois ci) dit :

        Bon je me réinscrit sur le forum du belial alors … 😛

  2. yogo dit :

    C’est fou je n’avais jamais entendu parler du roman de KSR et là je n’en entends que du bien. Il faudra que je le lise, chose probable si une version numérique arrive, beaucoup moins sinon.

  3. shaya dit :

    C’est super équilibré en tout cas comme mois ! Vu aussi Mulan, je ne m’attendais pas à ça pour le coup !

    • Lhisbei dit :

      Je suis la définition de l’équilibre 😀 Mulan c’est un peu décevant mais je ne parvient pas à savoir pourquoi. On dirait que le film a le cul entre deux chaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.