Utopiales 2022 – Retour sur Terre

Le festival les Utopiales 2022 s’est tenu du 29 octobre au 1er novembre 2022 à Nantes. Voici rapidement quelques éléments parce que le retour sur Terre est un peu déprimant (le passage à l’heure d’hiver est en train d’achever mon moral).

Big up aux potos croisés sur place, aux anciens qu’on voit tous les ans, aux nouveaux, aux blogopotes qu’on ne voit qu’une fois par an avec l’impression qu’on s’était quitté hier (et c’était le cas). Merci pour la compagnie, les discussions, les restos (et aussi les petits déjeuners en bonne compagnie). Merci aux auteurs et aux éditeurs, abordables et adorables, passionnés et passionnants, d’être présents. Merci aux intervenants pour les tables rondes de haut vol, merci aux organisateurs (en premier chef aux deux têtes pensantes Jeanne-A Debats et Roland Lehoucq) pour la programmation, aux équipes de la Cité et merci aux bénévoles sans qui tout cela ne serait pas possible (et un big up à ceux de l’observatoire de l’imaginaire).

Une des (petites) mains de l’observatoire de l’imaginaire – Photo par C. Schlonsok

 

Cette année, je n’ai pas compté le nombre de photos prises par M Lhisbei, j’ai assisté à nombre de conférences (plutôt que de squatter au bar toujours bondé), participé à un vaste trafic de bouffe et d’alcool, bu du Tariquet Vieilles Grives (une valeur sûre) et beaucoup de Perrier (0 bière au bar, véridique), mangé un brownie et une tarte aux abricots de chez Honoré, béé d’admiration devant les expositions (et je me suis perdue dans les fractales de de Marc-Antoine Mathieu), fait dédicacer P. Djèli Clark, appris plein de choses sur la collection Fleuve Noir Anticipation et sur Alien (alors que je n’ai vu aucun des films), vu un super documentaire sur Isaac Asimov (il avait tout prévu, le bougre), discuté avec plein de gens (sont sympas les gens aux Utopiales, il doit y avoir quelque chose dans l’air, c’est louche), ri aux éclats, pas assez dormi et traîné avec bonheur dans la plus grande librairie éphémère de l’univers connu.

La Pile à Lire s’est nourrie avec modération elle aussi avec deux titres : L’île de silicium de Chen Qiufan (traduction de Gwennaël Gaffric) accompagné de son tote bag (les deux ont été récupérés lors du lancement de la collection Imaginaire des éditions Rivages) et l’essai de Laurent Vercueil, Neuro-science-fiction, les cerveaux d’ailleurs et de demain, dans la collection Parallaxe (après avoir écouté l’auteur en intervention et bien après ses séances de dédicace aussi)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Karine Lhisbei (@lhisbei)

Bien sûr on reviendra en détail sur ces Utopiales avec les photos de M. Lhisbei mais, pour aujourd’hui, on termine avec une image plutôt qu’en musique. Les Utopiales, Nantes et les gens (surtout les gens) on vous kiffe. See you next year !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Karine Lhisbei (@lhisbei)

PS : d’autres impressions chez Tigger Lilly et Monde de Poches.

Cet article a 10 commentaires

  1. Jean-Yves

    Ravi de ces quelques mots 😉 On prendra plus le temps la prochaine fois.
    Et merci pour le lien !

    1. Tigger Lilly

      bon j’avais posté 3 coeurs en émojis, ça ne s’affiche pas, alors à l’ancienne :
      <3 <3 <3

      1. Lhisbei

        Oui, ici on fonctionne encore à l’ancienne 😉 <3 Contente de t'avoir revue !

  2. shaya

    Un +2 seulement en PAL ! Je suis impressionnée et ravie de t’avoir vue aux Utos 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.